Le roi du matelas Elite souffle sa 120e bougie à Aubonne

ArtisanatL’entreprise spécialisée dans la literie haut de gamme ouvre ses portes au public pour marquer ses 120 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des dizaines de petites mains s’affairent dans les ateliers d’Elite, à deux pas de la sortie d’autoroute d’Aubonne. En véritables artisans, les employés clouent des lattes de bois, découpent et cousent des tissus, agrafent des parures. Depuis cent vingt ans, cette entreprise façonne châssis, sommiers et matelas haut de gamme pour garantir des nuits paisibles à sa clientèle aisée. Bien que les lits estampillés Elite ne soient pas à la portée de toutes les bourses – plusieurs milliers de francs –, le roi du matelas ouvrira ses portes au public lors de quatre journées anniversaires, jeudi et samedi, puis les 10 et 12 septembre.

Une longue et riche histoire

Entre deux tests de lits moelleux invitant à la sieste, les visiteurs auront l’occasion de découvrir l’histoire de cette entreprise fondée par Jules Henri Caillet. Cet artisan sellier et tapissier lance sa petite affaire à Yens, en 1895, avant de déménager au cœur d’Aubonne. Par la suite, l’entreprise passe aux mains de son fils, Robert Caillet. La société commence à prendre du galon, les contrats affluent, la production s’intensifie. Jusqu’au décès, brutal, de Robert Caillet, victime d’un accident vasculaire cérébral à l’âge de 48 ans. Son épouse, Yvonne, alors âgée de 42 ans, reprend les rênes d’Elite d’une main de maître. «C’est elle qui a acheté le terrain actuel, l’année de la construction de l’autoroute, en 1964. Elle avait du caractère! A l’époque, elle n’avait pas le droit de vote», rapporte sa fille, Edith Caillet.

Des produits réalisés à la main

Cette dernière poursuit l’œu­vre familiale jusqu’en 2006, année où elle vend l’entreprise à François Pugliese. Aujourd’hui, la clientèle d’Elite se divise entre particuliers (60%), hôtellerie (35%), médical et yachting-caravaning (5%). «François Pugliese a élargi la clientèle, racheté des sociétés et cherché d’autres mandats, explique Edith Caillet. Mais il maintient la politique originelle, celle de proposer des produits d’excellente facture, réalisés à la main.» (24 heures)

Créé: 10.06.2015, 15h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...