A Rolle, des abattages d’arbres suscitent la critique

NatureLa Ville enlève des platanes et des tilleuls près du château et d’autres coupes importantes sont prévues. Pour de bonnes raisons?

L’entreprise Rittener a été mandatée par la Ville de Rolle pour abattre une série de vieux platanes et tilleuls jugés dangereux par la Commission des arbres.

L’entreprise Rittener a été mandatée par la Ville de Rolle pour abattre une série de vieux platanes et tilleuls jugés dangereux par la Commission des arbres. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chantier d’abattage de seize platanes et tilleuls autour du terrain de football a débuté ce lundi à Rolle. À terme, 47 arbres seront enlevés dans ce secteur. Récemment, la coupe d’une quarantaine de frênes malades sur le domaine privé du Rosey a été soumise à l’enquête publique. Le 19 février, une pétition avec 543 signatures a été remise par des Rolloises au président du Grand Conseil vaudois pour tenter d’empêcher l’abattage de 37 arbres au bois de la Bigaire, où l’on prévoit de réaliser un bassin de rétention d’eau. Et d’autres coupes ont été réalisées au bord du lac. Cette apparente frénésie inquiète les habitants, qui se demandent s’il y a une vraie politique en la matière.

«Ce n’est pas plausible»

Municipale responsable des espaces verts, Monique Choulat Pugnale tient à rassurer la population. «Que ces différents abattages et projets de coupes surviennent au même moment est une coïncidence. On ne prend pas ces décisions de gaieté de cœur. Nous nous basons sur les rapports de notre Commission des arbres, compétente pour analyser l’état sanitaire et la dangerosité éventuelle des arbres trop vieux ou malades.»

L’Association Osons changer, très vigilante sur ce sujet émotionnel, ne se contente pas de ces explications. «L’argument, c’est toujours la sécurité. Ce n’est pas plausible», lance une de ses membres. «Il est vrai qu’il y a parfois des arbres malades, mais on a observé la coupe de saules, sur les quais, qui étaient en parfaite santé. On nous a expliqué qu’ils gênaient parce que leurs racines soulevaient un peu le goudron», relève une autre dame, mécontente.

«Si une branche de platane de 150 kilos tombe sur une poussette, qui sera responsable?»

On s’étonne aussi que des palmiers aient été plantés au bord du lac. «Veut-on ressembler à Montreux? C’est ridicule», s’insurge une Rolloise de vieille souche. Sensible au sort des oiseaux, la présidente de l’Association, Véronique Pfeiffer, s’inquiète de la suppression de nombreux lieux de nidification et, finalement, de la disparition progressive des oiseaux dans la région. Enfin, on doute que les arbres abattus soient effectivement replantés. «On nous le promet, mais on aimerait avoir un suivi de ces promesses», suggère la présidente.

Président la Commission des arbres depuis cinq ans, Michel Ansermoz fait une tournée générale une fois par année, accompagné d’un autre professionnel de la branche, d’un géomètre et du chef de la voirie. Tous les problèmes sont signalés à la Municipalité. Le jardinier paysagiste à la retraite confirme que plusieurs des arbres entourant le terrain de football sont dangereux depuis un certain temps. «Si une branche de platane de 150 kilos tombe sur une poussette, qui sera responsable?»

«Il faut se montrer patient»

Le président de la Commission des arbres ajoute que leur rapport a été transmis à une entreprise spécialisée pour que leurs constats soient confirmés par des analyses plus poussées. Également vieillissants, les autres arbres proches du terrain de football seront tous enlevés, et remplacés. «Au début, cela fait un choc, mais avec la nature, il faut se montrer patient. Ces allées d’arbres ont une importance esthétique. Par souci de cohérence, on doit donc prévoir qu’ils poussent en même temps», estime-t-il.

Reste la question de savoir si tous les arbres abattus sont replantés? «Oui, mais pas nécessairement tout de suite ni au même endroit, répond la municipale. Pour informer les habitants, on va avoir un tableau de bord qui indiquera quels arbres ont été abattus, et surtout où et quand ils ont été remplacés. En passant, je vous précise que les palmiers n’ont pas été mis là pour compenser des abattages, mais comme décoration. Après, chacun ses goûts.»

Créé: 09.04.2019, 06h57

En chiffres

16 platanes et tilleuls sont en cours d’abattage autour du terrain de football à Rolle. Ils ont été signalés comme dangereux par la Commission des arbres. À terme, les 47 arbres situés le long des allées seront enlevés et remplacés.

32 000 francs. C’est le coût estimé de l’abattage et du remplacement des seize arbres du terrain de football: 18 000 francs pour payer l’entreprise et 14 000 francs pour les nouveaux spécimens.

543 personnes ont signé une pétition pour tenter d’empêcher l’abattage de 37 arbres au bois de la Bigaire, où l’on prévoit de réaliser un bassin de rétention d’eau. La pétition a été remise au Grand Conseil vaudois.

Articles en relation

La sculpture du 700e est un don évalué à 1 million

Rolle Venue d’Angleterre, l’œuvre monument de Jedd Novatt a été installée au Jardin anglais, en présence de l’artiste. Plus...

Comment devenir «énergiculteur» de son jardin solaire

Energie verte Romande Energie lance un projet pilote qui propose aux habitants de Rolle et Mont-sur-Rolle de produire leur propre électricité. Plus...

Les écrans se mettent au vert à Nyon et à Rolle

Festival Toujours plus concernant, le documentaire vert attire toutes les générations. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.