Passer au contenu principal

Des Rollois luttent pour rejeter la galère au large

Considérée comme une aberration historique, «La Liberté» n’est pas bienvenue pour tous les Rollois. Sauf pour faire la fête.

La présence de la galère La Liberté ne fait pas que des heureux à Rolle.
La présence de la galère La Liberté ne fait pas que des heureux à Rolle.
Florian Cella

«Son type de construction et son gréement la rangent dans le chapitre des décors de cinéma un peu kitsch!» Constructeur naval bien connu, Jean-Philippe Mayerat n’est pas tendre avec la galère morgienne La Liberté. En apprenant que la Commune de Rolle, qui l’a invitée à participer à la célébration de son 700e anniversaire ce prochain week-end, envisageait de lui offrir un port d’attache définitif, son sang n’a fait qu’un tour. Car, pour lui, ce navire de guerre n’a aucune justification historique et ne s’insère en aucune façon dans le patrimoine lémanique. Avec d’autres Rollois, dont un pêcheur professionnel inquiet de voir ce gigantesque bateau mouiller en pleine zone de pêche (lire encadré), il a lancé lundi une pétition pour demander qu’il retourne à Morges après les festivités.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.