Un roman à l'ombre des tours de La Levratte à Nyon

CultureLolvé Tillmanns a ancré son dernier roman dans le complexe d’immeubles où elle a vécu son adolescence.

Lolvé Tillmanns connaît bien La Levratte où elle a vécu plusieurs années.

Lolvé Tillmanns connaît bien La Levratte où elle a vécu plusieurs années. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nyon comme décor d’un roman. La Genevoise d’adoption Lolvé Tillmanns a choisi la ville où elle a passé son adolescence pour y enraciner son dernier livre Les fils. Ce récit noir raconte dans un style ciselé comment un homme d’affaires abonné à la réussite se replonge dans son enfance difficile passée à l’ombre des bâtiments roses du quartier populaire de la Levratte. Il cherche à comprendre pourquoi l’un de ses employés, qui le harcelait lorsqu’ils étaient jeunes, s’est suicidé au sein de son entreprise.

«Ce n’est pas un roman sur la Levratte», prévient l’auteure, qui ne cite jamais ni le nom du quartier ni celui de la ville. «Mais les Nyonnais reconnaîtront les lieux. Cet endroit est inspirant. Il a une esthétique particulière, il y a beaucoup de gens et il possède encore une vie sociale riche.» La jeune femme de 34 ans sait parfaitement de quoi elle parle, puisqu’elle y a habité trois appartements différents et y retourne régulièrement pour rendre visite à sa maman.

«Le récit mélange mes expériences, celles des autres et des aspects tout à fait fictionnels», précise l’écrivain, qui avait connu un joli succès avec son premier roman 33, rue des Grottes.

Les fils est son quatrième livre. Si Lolvé Tillmanns a un prénom prédestiné pour un écrivain – il fait référence au Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras –, elle a mis du temps à trouver sa voie. Elle a travaillé d’abord dans le marketing au sein d’une entreprise active dans le domaine énergétique. «J’étais très ambitieuse et pensais faire carrière en devenant cadre, puis cadre supérieure, se souvient-elle. Dans mon dernier emploi, je m’ennuyais. Et j’ai commencé à écrire au travail.» Elle finit par démissionner en 2011 pour être en phase avec ses valeurs de créativité et de liberté.

En 2013 sort son premier roman, La genèse du papillon, édité à compte d’auteur. Dès l’année suivante, 33, rue des Grottes est édité par Cousu Mouche, chez qui elle est restée fidèle. Il a été vendu à plus d’un millier d’exemplaires, un beau succès pour un auteur suisse. En 2015, Rosa reçoit le Prix Eve de l’Académie romande. Les fils est dans les librairies depuis le mois d’octobre dernier.

Aujourd’hui, la jeune femme cumule les petits boulots pour faire bouillir la marmite. Elle donne des cours de français à des requérants d’asile et des expatriés dans plusieurs institutions à Lausanne et à Genève. De son passé, elle a conservé des compétences qu’elle met également à disposition d’une coopérative agricole. Elle est vice-présidente d’Eco Energie Etoy, désormais à Lully, qui installe des panneaux photovoltaïques.

Mais sa passion reste l’écriture. «J’avais un bon salaire dans ma vie précédente, mais je ne regrette rien aujourd’hui, précise-t-elle avec assurance. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas l’argent. Je veux avoir du temps pour écrire.»

Du temps, elle en a eu durant les six premiers mois de l’année. La Ville de Nyon l’a choisie sur dossier pour qu’elle profite d’une résidence de six mois à Buenos Aires en Argentine. «Quand j’écris, j’ai une vie monacale. Je dors beaucoup, je me lève tôt, je bois du thé et je mange du tofu. Mon existence est très réglée.» De son séjour en Amérique latine naîtra son sixième roman. Le cinquième était déjà écrit et il sortira en mars 2018, en pleine rentrée littéraire. Une première en forme de reconnaissance pour Lolvé Tillmanns, une auteure qui commence à compter dans le monde littéraire romand. (24 heures)

Créé: 27.07.2017, 21h22

Les fils, de Lolvé Tillmanns

Ed. Cousu Mouche.
www.lolvetillmanns.ch

Paid Post

Les meilleurs commerçants lausannois récompensés
Pour la 5ème année consécutive, le Prix du Commerce a distingué des détaillants de la capitale cantonale qui excellent dans leur domaine.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...