Passer au contenu principal

À Saint-Prex, l’esprit bistrot goûteux revit juste à côté de la gare

L'ancien Buffet de la Gare est désormais ouvert le soir aussi et propose une cuisine simple mais bien goûteuse.

Gilles Kersulec, sur la terrasse, et sa cuisinière savent proposer une cuisine simple avec de beaux produits.
Gilles Kersulec, sur la terrasse, et sa cuisinière savent proposer une cuisine simple avec de beaux produits.
VANESSA CARDOSO

L’endroit est un peu caché, même si c’est le buffet de gare. Il faut suivre un tout petit chemin pour trouver les places de parc en face du restaurant. Pendant des années, il n’était ouvert que le midi jusqu’à ce que Gilles Kersulec le reprenne avec beaucoup d’enthousiasme. Le lieu a gardé la patine d’un vrai bistrot aux tables en bois, avec une salle à manger aussi vintage que charmante. Et la terrasse sous les platanes résonne du chant de la fontaine.

Le nouveau tenancier avait envie de proposer «ce que j’aime manger au restaurant». Celui qui a été sommelier, maître d’hôtel et gérant dans divers établissements sert sa convivialité comme amuse-bouche. Et c’est pour mieux précéder des plats de brasserie réalisés avec de beaux produits sur lesquels le patron ne transige pas.

Chaque jour, à midi, la proposition varie entre 20 et 24 fr. avec une entrée, un plat et un dessert. Genre tomate du jardin et mozzarella de Cuarnens, spaghetti au saumon fumé, billes de melon à la menthe, tarte aux fraises. Dans la convivialité que veut offrir Gilles Kersulec, il y a aussi le mot apéro, qu’on peut accompagner de planchettes appétissantes sans l’obligation de rester manger.

Mais ceux qui s’attarderont découvriront une carte courte qui change assez régulièrement selon les arrivages. On a aimé, ce soir-là, un bel os à moelle coupé dans la longueur servi avec des toasts de pain de campagne et du gros sel (14 fr.). La salade de jeunes pousses a droit à sa vinaigrette maison (6 fr.).

Le poisson du jour vient du voisin Manu et c’étaient de jolis filets de perche du lac tout frais, servis avec des pommes frites nouvelles non pelées et une sauce tartare maison (32 fr.). Rien à redire. L’entrecôte de bœuf en proposition (32 fr.) était tendrissime, avec une sauce Café de Paris légèrement retouchée, juste relevée comme il faut. Elle fait la pub pour le pavé de bœuf de la carte (200 g, 39 fr.).

Ajoutez-y des desserts maison classiques et réussis, une carte très locale de vins et la soirée aura été réussie, en toute simplicité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.