La sculpture du 700e est un don évalué à 1 million

RolleVenue d’Angleterre, l’œuvre monument de Jedd Novatt a été installée au Jardin anglais, en présence de l’artiste.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Chaos DCC» (700 en chiffres romains) est un des sept événements artistiques qui marqueront le 700e anniversaire de la Ville de Rolle tout au long de l’année. Créée dans une fonderie en Angleterre, l’œuvre monumentale de l’artiste américain Jedd Novatt a été posée sur son socle vendredi matin, dans le cadre idyllique du Jardin anglais de Rolle, près du port. Il a fallu plusieurs heures de travail. L’artiste était présent pour décider de la position exacte de la sculpture, qui fait 6 mètres de haut, pèse 2200 kg, et dont la valeur est évaluée à 1 million de francs.

Le fruit du hasard

Que Rolle ait eu l’opportunité d’accueillir cette œuvre est le fruit du hasard et d’une chaîne d’amitiés. La Rolloise Francine Truc, chargée de trouver un événement pour le volet sculpture du 700e anniversaire, en a parlé à son amie Sixtine Crutchfield, experte en art contemporain, qui avait appris, par le marchand d’art genevois Frédéric de Senarclens, qu’une dame américaine avait envie de donner une œuvre de Jedd Novatt en Suisse. Feu Monsieur Spencer, mari de la donatrice, grand collectionneur d’art, était très attaché à notre pays, qui a vu naître sa grand-mère. Ensuite, c’est Frédéric de Senarclens, ami de l’artiste, qui a fait le lien avec la Commune.

«Je l’ai fait pour l’amour de l’art, précise Frédéric de Senarclens. Je connais bien la région. Quand j’ai su que Rolle était intéressée, je m’en suis réjoui. Pour cette ville, c’est une occasion exceptionnelle de se positionner sur la carte des lieux artistiques d’importance internationale, car les œuvres de Jedd Novatt sont exposées dans le monde entier, notamment devant le Musée Guggenheim à Bilbao ou devant le Musée Pérez à Miami.»

L’an dernier, quand la Municipalité de Rolle a demandé un crédit de 260'000 francs au Conseil communal pour financer l’ensemble de la manifestation du 700e, les frais liés à l’acquisition de cette sculpture (transport, installation, inauguration…), d’un montant de 47'000 francs, ont suscité quelques réticences. De quel genre d’œuvre Rolle allait donc hériter?

«Avec le temps, les gens vont avoir une conversation particulière avec l’œuvre, que l’on peut aborder sous des angles très variés»

Jedd Novatt n’est pas avare de commentaires sur son travail artistique: «Je suis venu deux fois ici pour voir les lieux, mais je n’ai pas pris de photos dont je me serais inspiré pour intégrer la sculpture dans son environnement. Il y a juste la question d’échelle qui a compté. Sinon, l’œuvre existe pour elle-même.» L’artiste n’a pas non plus tenu compte du fait qu’elle était installée à l’occasion des 700 ans de la commune. Il n’y a aucune référence historique.

Composée de formes géométriques en acier patiné, la sculpture n’a rien de figuratif. «Chacun va vivre une expérience différente avec elle, poursuit Jedd Novatt. Avec le temps, les gens vont avoir une conversation particulière avec l’œuvre, que l’on peut aborder sous des angles très variés. Mais surtout, les formes cassent l’espace. Plus que la sculpture elle-même, ce sont les espaces découpés par la sculpture qui sont importants.»

Comme son nom de baptême l’indique, l’œuvre fait partie d’une série intitulée «Chaos». Jedd Novatt estime que le chaos est partout. «L’homme recherche l’ordre, mais c’est impossible. Il faut accepter la fragilité de notre vie. Cela dit, il n’y a rien de provocateur dans cette création. L’œuvre exprime plutôt la paix, quelque chose de calme, de rassurant.»

Une œuvre qui fera causer

Présents aussi sur place vendredi matin, les deux municipaux rollois en charge de la Culture étaient ravis. «Avoir cette sculpture à Rolle est une opportunité rare, même si l’on sait qu’elle va faire causer», a déclaré Monique Choulat Pugnale. Loïc Haldimann s’attend également à une salve de critiques sur les réseaux sociaux, mais souligne qu’il est important pour les collectivités publiques de rendre l’art accessible à tous publics. «Chaos DCC» sera inauguré le 19 mai en présence de l’artiste et de la donatrice.

Créé: 29.03.2019, 19h53

Articles en relation

Accord public-privé pour des loyers abordables à Rolle

Logement La Commune a obtenu du promoteur du quartier Buttes Jardins de créer une dizaine de logements à des loyers plafonnés. Plus...

Rolle va devoir emprunter pour payer ses salaires

Finances publiques Les caisses de la Commune sont presque vides et les comptes 2018 seront pires que prévus. Tous les projets sont en rade Plus...

Les organisateurs du 700e de Rolle lancent un concours d'écriture

Littérature Tous les écrivains en herbe ou confirmés sont invités à pondre un texte qui sera évalué par un jury. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.