Sept licenciements dans une entreprise glandoise

EconomieSociété américaine installée à Gland, ATI stellram s'est séparée ce matin de 7 employés avec effet immédiat.

Le site d'ATI stellram, à l'avenue du Mont-Blanc.

Le site d'ATI stellram, à l'avenue du Mont-Blanc. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

24 heures a appris en fin d’après-midi que ATI stellram, société américaine leader dans la coupe de métaux, a licencié mardi matin sept de ses employés sur son site de production de Gland pour «raisons économiques».

Les employés, bouleversés par les méthodes brutales et cavalières des ressources humaines de l’entreprise, ont témoigné anonymement: «Une fois l’annonce faite de notre renvoi et après avoir rendu nos affaires, on nous a raccompagnés à la porte comme des voleurs, sans même pouvoir dire au revoir à nos collègues», explique l’un d'eux. «A nous tous, nous représentons pour 150 années d’ancienneté au service de Stellram», ajoute un des autres salariés concernés par cette mesure.

Contacté par 24 heures, le syndicat Unia parle de méthodes de licenciement scandaleuses et d’un mépris total pour ces employés. «Aucun accompagnement n’a été proposé à ces personnes si ce n’est un exemplaire indiquant comment se mettre au chômage. Nous avons toujours reçu un refus catégorique par cette entreprise à nos demandes de dialogues», selon Yves Defferrard, délégué syndical d’Unia.

L’une des dernières pages semble donc se tourner pour cette société qui avait déjà connu quelques mésaventures similaires à la fin du XXe siècle. Racheté en 1996 par la multinationale américaine Allegheny Teledyne Company, Stellram, entreprise de fabrication d'outils de coupe et de haute précision et ancien fleuron de l’industrie helvétique, comptait encore 300 travailleurs sur les sites de Nyon et de Gland.

Finalement, son propriétaire américain décide d’abandonner ses locaux nyonnais en 1999. Une réorganisation qui selon son directeur général de l'époque ne devait aboutir à aucune suppression d’emplois. Mais en réalité, ATI Stellram délocalise progressivement ses activités aux Etats-Unis et réduit le nombre d’employés.

Cette nouvelle vague de licenciements, que l’on ne peut qualifier de collectifs car ils ne dépassent pas le seuil des dix renvois, correspond à une suppression de 20% du personnel dans la production, selon des employés.

ATI Stellram n’était pas joignable mardi pour donner son point de vue sur ces licenciements.

(24 heures)

Créé: 09.04.2013, 16h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.