Au service des personnes dépendantes à l’alcool

LullySecrétaire général de la Croix-Bleue romande, Jérôme Livet chapeaute une organisation qui lutte contre certains tabous.

Jérôme Livet relève depuis 2016 un nouveau défi en tant que secrétaire général de la Croix-Bleue romande.

Jérôme Livet relève depuis 2016 un nouveau défi en tant que secrétaire général de la Croix-Bleue romande. Image: Sébastien Bovy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Aujourd’hui en Suisse, 100'000 enfants grandissent dans une famille où au moins un parent est dépendant à l’alcool.» Le chiffre est éloquent. Et il démontre bien l’ampleur de la tâche de la Croix-Bleue romande, dont Jérôme Livet est le secrétaire général depuis juin 2016. «Il est établi que 5% de la population est dépendante à l’alcool et que 20% a une consommation à risque», ajoute ce dernier, bien conscient qu’il s’agit d’un réel problème de société.

«Seuls 20% des personnes qui ont un problème avec l’alcool sont suivies»

Cette mission, le citoyen de Lully l’a prise à bras-le-corps. Il faut dire que c’est dans son caractère. Membre du Conseil général dans sa commune, ancien président du Morges-Natation et d’une société de tir (et la liste n’est de loin pas exhaustive), l’homme de 47 ans ne se dérobe jamais quand on fait appel à lui. «La vie associative fait partie de mes passions et j’aime aller à la rencontre des gens», précise-t-il modestement. Il n’hésite d’ailleurs pas à tirer un parallèle entre son amour pour la natation et sa mission actuelle. «Dans les deux cas, le but est d’offrir une possibilité de s’en sortir. En apprenant à nager à des enfants, on leur met à disposition une bouée utile pour la suite. C’est la même chose pour des personnes dépendantes à l’alcool. Il est très important de rappeler qu’elles ne sont pas perdues. La guérison existe!» Pour y parvenir, la Croix-Bleue romande peut compter sur 24 professionnels et tout un tissu de bénévoles qui accompagnent les gens en difficulté. Quant à Jérôme Livet, il chapeaute l’ensemble et recherche des fonds.

Mais la tâche n’est pas simple pour autant. «Seuls 20% des personnes qui ont un problème avec l’alcool sont suivies. Les autres sont dans le déni ou la non-conscience. Toute la difficulté de notre discours, c’est qu’on peut penser que nous sommes contre l’alcool et le côté festif qui va avec, et qui fait partie de notre culture. Or ce n’est pas le cas, nous sommes avant tout dans l’accompagnement, la prévention et le conseil.» Car le risque peut survenir partout. «Nous avons d’ailleurs de plus en plus de demandes pour faire de la prévention dans les entreprises. L’économie en a de plus en plus besoin au regard des 3,4 milliards de pertes de productivité imputées annuellement à la consommation d’alcool. Il n’est jamais simple de gérer le tabou qui entoure une personne qui pourrait avoir une consommation excessive. Nous sommes donc là pour apporter notre aide.»

Un soutien, mais également de la prévention, avec plusieurs programmes mis en place, à l’image du Paléo Festival, où la Croix-Bleue romande est présente depuis plusieurs années.

Créé: 22.07.2018, 08h02

Articles en relation

La chute de la consommation d’alcool semble irrémédiable en Suisse

Boissons Les brasseurs helvétiques rencontreraient plus de succès dans l’innovation que les viticulteurs. Plus...

«J'étais en couple avec l'alcool»

Addiction Comment s’en sortir dans une société où l’alcool est omniprésent? Une association mise sur les pairs aidants. Témoignages Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.