Six halles feront exploser l’offre en locaux modulables

Gland Deux promoteurs projettent en même temps de construire une centaine d’espaces pour des PME ou du stockage.

Les halles de Relli SA seront bâties sur ce modèle.

Les halles de Relli SA seront bâties sur ce modèle. Image: DR/GREENPLACES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la zone industrielle des Avouillons, à Gland, près du monumental Data Center, les deux projets sont voisins, et visent le même créneau, mais ils sont indépendants l’un de l’autre. Deux promoteurs prévoient de construire des halles multifonctions, six au total, d’une surface globale aussi grande que deux terrains de football. Elles seront modulables et pourront accueillir des PME en tous genres (artisans, mais aussi commerçants), ou simplement du stockage de matériel.

Le plus grand des deux projets, estimé à une vingtaine de millions de francs, est développé par la société Survilup Gland AG Zürich, sur une parcelle de 17'655 m2. Il comprend quatre bâtiments, dont trois sont des halles modulables dans le style des Streetbox, conçues pour loger des PME à bon marché. Le quatrième bâtiment, qui aura un étage de plus (deux sur rez), des monte-charges, et un parking souterrain, s’adressera à une autre classe de PME.

Projet d’hôtel abandonné

Le second projet est porté par Relli SA, propriétaire d’un terrain dans ce secteur. En 2013, le promoteur avait eu l’idée de réaliser un hôtel d’une centaine de chambres. L’annonce avait réjoui la région, qui manquait cruellement d’infrastructures hôtelières. Une opposition et un recours perdu plus tard, Relli SA avait revu son projet d’hôtel à la baisse et y avait adjoint 4000 m2 de surfaces administratives. Aujourd’hui, le promoteur prévoit de construire deux halles sur trois niveaux, comprenant 24 espaces modulables d’une surface allant de 180 m2 à 200 m2. Il y a donc un potentiel pour 10 à 24 PME en fonction de leurs besoins en surface.

«Le projet hôtelier a été abandonné au vu de la saturation du marché local en termes d’hôtellerie ainsi que du manque d’un opérateur qui aurait permis de viabiliser le projet, explique Robert Ischer, développeur immobilier. D’autre part, la parcelle étant en zone industrielle B, un projet destiné à de l’activité industrielle, artisanale et commerciale s’y prête bien mieux.»

Robert Ischer ne s’inquiète pas de la concurrence du voisin. «Nos halles, qui sont entièrement construites en bois et préfabriquées par Greenplaces dans un délai record de 8 mois, répondent à un besoin important en petites surfaces locatives modulables de qualité, cela à des prix très compétitifs. Le Service de la promotion de l’économie et de l’innovation du canton de Vaud (SPEI) a clairement identifié un manque dans le canton pour ce type de surfaces.»

Activités plus que stockage

Du côté des autorités de Gland, Gilles Davoine, municipal responsable de la promotion économique, voit ça d’un bon œil, à condition que les locaux soient effectivement utilisés pour des PME. «Tout va dépendre de la proportion des espaces dévolus à des activités ou à du simple stockage de matériel. Dans le meilleur des cas, nous aimerions y voir naître un véritable centre artisanal, mais nous n’avons aucune garantie que ce sera le cas.»

À Région de Nyon, Frédéric Mani, en charge de la planification territoriale, a un avis favorable: «Dans un district comme le nôtre, où il est difficile de maintenir des entreprises du secteur secondaire en raison des prix du terrain, les nouveaux projets à Gland ont un impact positif sur le développement économique de la région.»

Créé: 22.07.2019, 07h56

Le gros souci du surplus de trafic

Du point de vue économique, les deux projets de halles multifonctions prévues à Gland sont une bonne nouvelle. Mais elles amènent un gros souci aux autorités locales, la hausse du trafic qu’elles vont engendrer.

André Würgler, ancien conseiller communal, y a fait référence dans un courrier des lecteurs paru jeudi dans nos pages. Et Philippe Martinet, qui a également siégé au Conseil communal, a déposé une opposition à ces projets, notamment motivée par ces questions d’impact sur le trafic.

Au total, les deux projets prévoient 364 places de parc (82 pour Relli SA et 284 pour Survilup Gland AG Zürich, dont 108 en souterrain). Le seul accès possible à la route des Avouillons (voie sans issue) se fera par l’avenue du Mont-Blanc, déjà très fréquentée. Le futur quartier de La Combaz et l’extension de Swissquote vont encore augmenter la charge de trafic sur cette artère. Municipal responsable de l’urbanisme, Thierry Genoud ne nie pas le problème.

«On ne va pas délivrer de permis de construire sans faire une nouvelle étude de trafic. On devra notamment voir comment orienter les véhicules par le sud de l’avenue du Mont-Blanc. On sera aussi très attentif aux demandes d’affectation, car la zone industrielle B permet l’implantation de commerces. A part un café-restaurant pour les employés sur place, on refusera les commerces de détail».

Et la collectrice Ouest? «Elle sera réétudiée dans le cadre d’un nouveau schéma directeur, avec la Région. C’est du long terme», précise le municipal.

Articles en relation

Feu à l’orange pour une seconde plage

Gland En votant le crédit d’étude, le Conseil communal ouvre la voie à l’aménagement de la plage de la Dullive. Mais le PLR s’y est opposé Plus...

Plus riche que prévu, Gland prévoit d’investir

Finances Les comptes 2018 se bouclent avec un excédent de revenus inattendu. Plus...

Le commerce va renaître dans le vieux Gland

La Côte La chaîne alémanique Volg souhaite ouvrir un magasin dans les locaux de l’ancienne Coop. Les autorités applaudissent. Plus...

Le gros souci du surplus de trafic

Du point de vue économique, les deux projets de halles multifonctions prévues à Gland sont une bonne nouvelle. Mais elles amènent un gros souci aux autorités locales: la hausse du trafic qu’elles vont engendrer. André Würgler, ancien conseiller communal, y a fait référence dans un courrier des lecteurs paru jeudi dans nos pages. Et Philippe Martinet, qui a également siégé au Conseil communal, a déposé une opposition à ces projets, notamment motivée par ces questions d’impact sur le trafic.

Au total, les deux projets prévoient 364 places de parc (82 pour Relli SA et 284 pour Survilup Gland AG Zürich, dont 108 en souterrain). Le seul accès possible à la route des Avouillons (voie sans issue) se fera par l’avenue du Mont-Blanc, déjà très fréquentée. Le futur quartier de La Combaz et l’extension de Swissquote vont encore augmenter la charge de trafic sur cette artère. Municipal responsable de l’Urbanisme, Thierry Genoud ne nie pas le problème. «On ne va pas délivrer de permis de construire sans faire une nouvelle étude de trafic. On devra notamment voir comment orienter les véhicules par le sud de l’avenue du Mont-Blanc. On sera aussi très attentif aux demandes d’affectation, car la zone industrielle B permet l’implantation de commerces. À part un café-restaurant pour les employés sur place, on refusera les commerces de détail.» Et la collectrice Ouest? «Elle sera réétudiée dans le cadre d’un nouveau schéma directeur, avec la Région. C’est du long terme», précise le municipal.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.