Skieurs en colère contre les marcheurs

LoisirsLes piétons qui abîment les pistes de ski de fond agacent les amateurs de ce sport et ceux qui les entretiennent.

Des panneaux de signalisation sont posés à l'entrée des pistes

Des panneaux de signalisation sont posés à l'entrée des pistes Image: YVES MERZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On a installé des panneaux de signalisation qui interdisent l’accès aux piétons et aux chiens, mais les gens s’en foutent complètement!» Le coup de gueule d’Alain Monney, président du Jura Ski-Club de Saint-George, exprime un sentiment d’irritation largement répandu parmi les adeptes du ski nordique. Ce mécontentement généralisé a motivé l’association Romandie Ski de fond à lancer une campagne de sensibilisation intitulée «2020, année du respect des pistes!»

Une minorité très gênante

Président de cet organisme faîtier qui rassemble une cinquantaine de centres nordiques dans l’ensemble de la Suisse romande, Laurent Donzé constate trop souvent que des marcheurs dégradent les pistes et fâchent les skieurs qui paient une vignette (lire l’encadré) pour la préparation et l'entretien de ces pistes. «Il s’agit d’une minorité qui gâche le plaisir de skier à un grand nombre de personnes. Les gens fâchés s’expriment de plus en plus sur les sites et les forums.»

«Le pire, ce sont les gens qui arrivent en voiture, font descendre leurs chiens et partent se promener sans respecter nos signaux»

Alain Monney Président du Jura Ski-Club de Saint-George

Garde-forestier à la retraite, Alain Monney est un homme de terrain qui connaît l’importance du travail accompli pour préparer les pistes, poser la signalisation, damer la neige, entretenir les machines et informer les gens sur la météo et l’enneigement. Il explique que le site de Saint-George, situé en forêt, ne dispose pas d’assez d’espaces dégagés pour damer des chemins pour les piétons en plus des pistes de ski de fond (excepté un chemin entre le téléski et la buvette). Raison pour laquelle des panneaux ont été posés pour informer le public que les pistes tracées étaient interdites aux piétons, aux chiens, aux luges et aux raquettistes.

«On ne fait pas la police»

«Le pire, ce sont les gens qui arrivent en voiture, font descendre leurs chiens et partent se promener sans respecter nos signaux, s’insurge le responsable du centre nordique. Les plus malins sont ceux qui ont un cornet jaune pour les crottes de chien et qui les laissent sur le bord de la piste. Tout ça nous pénalise, car ensuite ce sont les skieurs qui nous reprochent de mal entretenir le site. On ne peut tout de même pas faire la police avec un bâton. Ce problème nous préoccupe. On en parle à toutes nos assemblées des centres nordiques. La nature est à tout le monde, mais dans le respect.»

«À chacun sa trace...»

Le message de Romandie Ski de fond est simple: il y a de la place pour tous, mais dans le fair-play. Alors «À chacun sa trace», recommandent les flyers et les affiches de la campagne de sensibilisation 2020, accompagnés d’un code de conduite, qui s’adresse aussi aux raquettistes et aux skateurs qui empiètent sur les traces du ski de fond classique.

«Du côté des centres nordiques, nous devons aussi faire l’effort de soigner nos signalisations et nous devons améliorer encore notre communication, ajoute le président Laurent Donzé. Il ne faut pas que les gens prennent de mauvaises habitudes. Le marcheur appelle le marcheur, et les gens qui viennent des villes pour se balader dans la nature sont de plus en plus nombreux. Nous aimerions que les offices du tourisme et les loueurs de matériel se sentent également concernés par la problématique et transmettent le message.»

Créé: 27.02.2020, 06h54

Des vignettes pour financer le traçage

Romandie Ski de Fond, organe faîtier des centres nordiques, édite des cartes d’accès aux pistes (vignettes), qui sont vendues aux skieurs par chaque centre, dans le but de financer l’équipement (dameuses et matériel de balisage) et le travail permettant de préparer et d’entretenir les pistes.

Le prix de revient saisonnier du traçage est en moyenne de 1500 francs par kilomètre. Les vignettes ne sont pas obligatoires, mais il est évidemment mal vu de profiter des pistes sans sa carte. Ce d’autant plus qu’il y a un gros travail accompli bénévolement par les membres des associations qui gèrent les centres nordiques.

La carte de saison valable pour toute la Suisse vaut 140 francs, 80 francs pour le Jura ou pour les Alpes et Préalpes. Il existe aussi des cartes hebdomadaires à 40 francs, et journalières à 12 francs. Les cartes papier sont en vente dans les centres nordiques et les offices du tourisme. Il est aussi possible de les commander par internet sur le site romandieskidefond.ch.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.