Les subventions régionales à la culture font des déçus

Région de NyonL’aide à la création artistique est critiquée. Gérard Produit, en charge de la culture au Conseil régional, s’explique.

Gérard Produit, responsable de la culture à Région de Nyon, défend sa politique en matière de subventions régionales à la création artistique

Gérard Produit, responsable de la culture à Région de Nyon, défend sa politique en matière de subventions régionales à la création artistique Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La politique culturelle du Conseil régional du district de Nyon n’est-elle pas trop élitiste? C’est une question qui revient souvent sur le tapis. Lors de la dernière assemblée des membres de l’association intercommunale Région de Nyon, la municipale de Gland, Christine Girod, a déposé un postulat qui aborde le sujet. Elle demande quels sont les modes d’attribution et critères de sélection des aides, et questionne aussi le Comité directeur (Codir) sur la manière d’envisager un soutien plus marqué aux projets communaux ou portés par les sociétés locales. Gérard Produit, responsable de la Culture au Codir de Région de Nyon depuis 2011, explique que les subventions vont en priorité aux professionnels.

Créée pour coordonner l’aménagement du territoire, la Région de Nyon doit elle aussi s’occuper de culture? Je dois être conscient que certaines Communes se posent la question. Mais il faut rappeler que, historiquement, ce sont les Municipalités qui ont demandé à la Région de régulariser les soutiens aux écoles de musique et aux conservatoires. On a constaté qu’il était pertinent de fédérer les actions et les institutions de la région. J’ai l’intime conviction que la culture contribue à la cohésion régionale et qu’elle fait rayonner le district au-delà de ses frontières.

À qui vont les subventions? Le budget d’un peu plus de 500 000 francs d’attributions répond à cette question. Environ 300 000 francs sont versés aux piliers de la culture du district, soit aux quatre institutions avec lesquelles nous avons signé une convention: le Casino Théâtre de Rolle, l’Usine à Gaz de Nyon, le Festival des arts vivants (Far) et Visions du Réel; 100 000 francs sont des soutiens réguliers à des événements ou à des lieux, comme les Variations musicales de Tannay, Les Hivernales, le JVAL, La Parenthèse, Autour de Mme de Staël, et d’autres. Enfin, 100 000 francs sont des soutiens ponctuels, et c’est peut-être là que le bât blesse.

Comment s’est fait ce choix? Nous avons établi des critères qui figurent sur le site de Région de Nyon. Ils privilégient la qualité, l’originalité, la portée régionale et la prise de risque. Certains disent que j’ai monté un projet un peu trop élitiste. Notre politique, basée sur une étude des besoins, soutient en priorité la création artistique des professionnels. Nuance. À la Commission culturelle, qui transmet ses recommandations au Codir, on a des demandes pour des événements populaires comme un giron de fanfares ou le concert d’une chorale. Ces sociétés sont dirigées par des professionnels, mais est-ce de la création artistique? La commission a estimé que non.

Il n’y a donc pas d’aides pour la culture populaire? Si, et j’y suis sensible. Je fais moi-même partie d’une chorale. Elles sont comprises dans les soutiens ponctuels. Mais nous n’avons pas les moyens d’aider tout le monde. Entre différents projets qu’on nous soumet, on choisit le plus original, celui qui nous semble de meilleure qualité, et qui présente aussi certaines garanties de viabilité. Il y a donc des déçus. Ce n’est pas populaire, mais j’ai tendance à dire que pour évoluer, il faut voir par le haut.

Les quatre institutions qui touchent 300 000 francs ne sont-elles pas favorisées au détriment d’autres? Oui, à juste raison. Si l’on compte le nombre de prestations, de spectacles et de jours de production, elles représentent plus de 60% des activités culturelles de notre région. Un rapport montre qu’elles ont des retombées économiques sur le tourisme. Et les conventions les contraignent à certains devoirs. On leur impose par exemple de soutenir les artistes régionaux, de prêter du matériel et des compétences à d’autres acteurs culturels, et de sortir de leur base pour proposer des événements ailleurs.

Pourquoi le sport reçoit-il nettement moins d’argent? Le montant attribué au sport n’est en effet que les 10% de celui pour la culture. J’ai essayé de fédérer les acteurs du monde sportif pour la mise en commun d’infrastructures. C’est compliqué. On a dû faire appel aux sociétés pour qu’elles fassent des demandes d’aides. Il faut du temps. On y travaille.

À l’heure où les Communes doivent réduire leur budget, qu’en est-il du vôtre? Il y a effectivement eu un rapport demandant des réductions. Ce ne sera pas le cas l’an prochain, mais je sais qu’on doit se montrer moins expansif.

Créé: 29.12.2018, 17h04

Articles en relation

Les Pranginois diront s'ils veulent sortir du Conseil régional

Politique Une demande de référendum a été déposée à Prangins afin que les citoyens se prononcent sur la décision du Conseil communal de quitter Région de Nyon. Plus...

Le Brexit pranginois ébranle Région de Nyon

Conseil communal Le divorce étant consommé entre Prangins et la Région, cette dernière s’inquiète des conséquences. Plus...

La culture nyonnaise est prête à défendre son os

Subventions Les milieux culturels se mobilisent autour d’un manifeste pour contrer la baisse annoncée de l’aide communale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.