Succès pour le black Friday, mais est-ce suffisant?

CommerceA Chavannes-de-Bogis, avec son «black Friday», Manor a fait le plein vendredi. Une illustration des efforts fournis par le commerce de détail pour garder ses clients.

Les clients se sont pressés vendredi pour faire leurs achats de Noël à prix réduits.

Les clients se sont pressés vendredi pour faire leurs achats de Noël à prix réduits. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Loin de la folie américaine, Manor s’offrait néanmoins hier un «black Friday», une ouverture plus tôt (8 heures), une fermeture tardive (22 heures) et, surtout, 30% de rabais sur une grande partie de son assortiment. D’un français mâtiné d’un pétillant accent américain, Alexandra poursuit: «Je voulais absolument trouver un jouet spécifique pour mon fils, je suis donc venue tôt!» Son Caddie plein, elle se presse alors vers les caisses. «Je vais le vider dans la voiture et je reviens, j’ai de loin pas fini!» Accompagné de son fils, ce quadragénaire vaudois s’en va lui aussi le chariot bien rempli. Il est presque 11 heures. «Mon fils n’ira pas au cours aujourd’hui. Mais ça valait le coup!»

Ambiance de fièvre acheteuse à Chavannes, donc. A bien observer le magasin, fourmillant de clients dès 10 heures, et, surtout, les chariots débordant des cadeaux, on se dit d’ailleurs que le pari de l’enseigne est gagné. Dans le magasin voisin, on a d’ailleurs bricolé à la hâte une réduction sur certains produits. «On n’a été informés qu’il y a trois jours», regrette une vendeuse. Trop tard pour vraiment se mettre au diapason. «Mais il est évident qu’il y a beaucoup plus de monde dans le centre qu’habituellement!»

La frontière, si proche

Une bonne nouvelle pour un lieu, à quelques centaines de mètres de la frontière française, qui a plus encore qu’ailleurs souffert du franc fort et du tourisme d’achat particulièrement depuis le 15 janvier dernier. Une date qui revient presque compulsivement dans les discussions avec les gérants des échoppes chavannues. A cette date, la BNS renonçait au taux plancher du franc face à l’euro et plongeait dans l’incertitude tous les commerces bordant la frontière.

Dix mois plus tard, à la direction de Manor Chavannes, on semble néanmoins avoir retrouvé le sourire. «On a souffert en début d’année, admet son directeur Selim Arcan. Mais on s’est bien repris depuis, et on présente des chiffres noirs à fin octobre.» Un retour au beau, le magasin se place toujours parmi les plus performants de Suisse, que le cadre attribue aux efforts de fidélisation et d’animation menés tout au long de l’année. «Si l’on ne se remet pas en question, si l’on ne cherche pas à offrir sans cesse un moment de plaisir et une expérience d’achat unique à nos clients, on va vers des difficultés majeures!» assure-t-il. Le «black Friday» organisé hier participe ainsi à ce but.

Mieux comprendre les consommateurs

Président de la Société industrielle et commerciale de Nyon, David Pernet abonde. «C’est valable pour tout le monde. Je ne sais pas si importer le black Friday est LA solution, mais nous devons améliorer l’expérience d’achat, l’accueil que l’on réserve à nos clients et lui démontrer que ce qu’il trouve chez nous, il ne l’aura pas ailleurs.» Que ce soit en France ou, plus encore, sur le web. «Insuffisant», professe pourtant Pascal Meyer, patron de qoqa.ch, l’un des principaux acteurs suisses du commerce en ligne.

«Je suis sincèrement convaincu de l’avenir du commerce de détail, mais il faut aller plus loin encore dans la compréhension des besoins du consommateur. Ce que cherche le client sur le web, c’est d’abord l’efficacité et la souplesse. Pas le prix. Un client doit pouvoir aller au magasin se renseigner et commander sur le site ensuite, quand il veut, comme il veut. Ça ne peut plus être l’un ou l’autre, cela doit aller ensemble.» Un constat qui vaut pour tous, mais tout de même à géométrie variable. «Evidemment, une petite épicerie aura tout intérêt à se concentrer sur son magasin, son assortiment et son accueil, mais même modeste, un magasin de sport, par exemple, devrait être actif sur internet.»

Créé: 27.11.2015, 18h14

Articles en relation

Manor s’accroche à son «Black Friday»

Courses de Noël En Europe, plusieurs détaillants ont renommé ce jour de rabais, par égard au vendredi noir des attentats de Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.