Les sujets qui enveniment la campagne du référendum

RolleAvant le scrutin du 24 septembre, partisans et opposants au projet Gare Nord-Schenk s’écharpent sur des sujets brûlants.

Image de synthèse du futur quartier d'habitations Gare Nord-Schenk

Image de synthèse du futur quartier d'habitations Gare Nord-Schenk Image: CCHE Lausanne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nous ne sommes pas contre la construction d’un nouveau centre de production viticole par la société Schenk, ni contre la création d’un quartier d’habitations à proximité de la gare de Rolle, mais pas de cette dimension», ne cesse de répéter Jean Prénat, porte-parole du groupe d’opposants «Quel Rolle?» dont le slogan de campagne tient en trois mots: «Moins, mais mieux!»

Pourtant, avant que le Conseil communal (75% des voix) ne vote en faveur du plan de quartier le 31 janvier dernier, puis décide de le soumettre à un référendum spontané, la taille du projet avait déjà été revue à la baisse: immeubles moins hauts (suppression d’une tour de 12 étages) et réduction de la densité de 20%. «Insuffisant», ont jugé les opposants, certains que le nouveau site de production (NSP) et les 13 immeubles projetés vont défigurer le paysage.

Juteuse opération?

Les deux camps se sont alors livrés à un combat d’images de synthèse pour tenter de montrer quel sera le réel impact du projet sur le paysage. Le ton de la campagne était donné. Il allait se durcir. Les opposants affirment notamment que Schenk va réaliser une juteuse opération immobilière. Dès lors, ils estiment que le quartier pourrait être moins dense, moins massif, avoir plus de logements à prix abordables, et plus d’activités artisanales. Même la taille du NSP est critiquée.

Directeur de la Cave Schenk à Rolle, André Fuchs répond aux critiques: «Nous n’allons pas nous mettre de l’argent plein les poches, puisque la réalisation du plan de quartier permettra de financer pour moitié le NSP devisé à 93 millions et pérennisera ainsi l’entreprise présente à Rolle depuis 125 ans.» La taille du bâtiment? «Pour réceptionner la vendange et assurer le stockage, on a besoin d’une certaine hauteur, explique André Fuchs. On a déjà reçu une dérogation pour creuser à 14 mètres de profondeur. On ne peut donc pas construire un bâtiment plus petit. Le NSP aura une emprise au sol moins importante qu’aujourd’hui. Cela permettra de restituer 40% de surface industrielle aux logements, aux activités et aux aménagements de la place de la Gare.»

Le directeur précise que le projet comprend 15% de logements d’utilité publique, plus 5% d’appartements protégés. «Dans son initiative, l’ASLOCA en demande 10% pour toute nouvelle construction. Dès lors, nous estimons respecter un quota équilibré, d’autant plus que les 1100 m2 de surfaces artisanales projetées seront louées à des prix plafonnés.»

Un autre point que les opposants reprochent au promoteur, c’est sa menace de quitter Rolle. «La campagne est polluée par ce chantage, regrette Jean Prénat. Ils prennent les ouvriers et les vignerons en otage.» «Il ne s’agit pas de chantage, s’offusque André Fuchs. En tant qu’entreprise responsable, nous avons dû étudier des alternatives hors de La Côte. Mais nous avons toujours marqué notre volonté de rester à Rolle si on ne nous empêche pas de réaliser un ensemble cohérent d’un point de vue urbanistique et économique. Il est vrai que les Rollois ne savent pas comment d’autres promoteurs développeraient ce quartier. Là, ils ont une opportunité à saisir car le projet, en plus de logements, apporte d’autres avantages, notamment au niveau de la mobilité.»

Hausse d’impôt?

Schenk et la Commune, selon un calcul du Canton, annoncent 580 nouveaux habitants. Les opposants, qui estiment ce chiffre à 800, pensent que Rolle n’a pas les équipements publics nécessaires pour les accueillir: manque de places dans les écoles, crèches et garderies, déchetterie trop petite, routes engorgées… Faudra-t-il augmenter les impôts pour construire les infrastructures? demandent-ils.

Municipale de l’Urbanisme, Françoise Tecon-Hebeisen assure qu’il s’agit d’un faux débat: «Cela peut toucher les gens, mais cela ne correspond à rien du tout. Nous avons les infrastructures suffisantes et cela fera beaucoup de bien à notre point d’impôt d’accueillir des nouveaux habitants.»

Reste un point de divergence délicat: une opposante a fait recours contre le document officiel de la Commune qui explique les enjeux du scrutin. «Le dossier est entre les mains des juristes du Canton, qui jugeront. Mais l’intégrité de nos services n’est pas à mettre en doute», affirme la municipale, blessée d’être accusée «d’enfumage». (24 heures)

Créé: 12.09.2017, 19h16

Le projet Schenk entre dans les vues du Canton

Pour Christian Exquis, responsable de la division Sites et projets stratégiques au Service du développement territorial de l’Etat de Vaud, le plan de quartier Gare Nord-Schenk est un modèle à suivre. «Ce projet est inclus dans un site stratégique de la politique cantonale des pôles de développement. Situé près d’une gare CFF et d’une jonction d’autoroute, il donne l’opportunité de valoriser la gare en intégrant du logement près des transports publics. Dès le départ de l’étude, nous avons cherché à optimiser la densité du quartier». Christian Exquis est conscient que le projet va changer l’aspect visuel du quartier, et que cela peut toucher la sensibilité des gens du coin, mais il met d’autres avantages dans la balance. «Le projet a un intérêt régional avec cette interface qui va permettre un meilleur usage des transports publics. Si Rolle ne construit pas ces logements, il faudra les placer ailleurs, dans un lieu moins central, et la pression sur le territoire et la mobilité sera encore plus problématique. En plus, c’est assez exceptionnel de pouvoir conserver un site industriel existant, et de surcroît, mieux organisé.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...