La survie du commerce à Nyon tient-elle à l’horaire?

RéférendumLe 22 septembre, les citoyens diront si les magasins pourront ouvrir le samedi jusqu’à 19h, comme en périphérie.

La SIC demande une ouverture des magasins jusqu'à 19h le samedi. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Beaucoup de clients nous chuchotent qu’ils ont déjà voté en notre faveur», relevait une employée de pharmacie, rare vendeuse à avoir osé participer au débat public organisé par la presse locale sur le référendum du 22 septembre prochain. Les Nyonnais devront se prononcer sur la décision prise par le Conseil communal d’élargir l’heure de fermeture des magasins le samedi de 18 à 19h. Une extension réclamée par la Société industrielle et commerciale (SIC) afin de mettre les commerces nyonnais sur un pied d’égalité avec les grandes surfaces de la périphérie. «Il s’agit de récupérer des parts de marché et de s’adapter aux changements d’habitude des consommateurs qui font leurs courses plus tard le samedi», défend sa présidente, Marisa Benedetto.

«Fermer à 19h, cela veut dire qu’on ne peut pas quitter le travail avant 19h30. Et comme la plupart des vendeuses de la région sont des frontalières, elles arrivent à la maison au-delà de 20h, ce qui péjore la vie familiale», note une caissière d’une grande surface. Si cette extension ne signifie pas que les employés devront travailler une heure de plus – la durée hebdomadaire est fixée à 41 heures –, elle risque de péjorer leurs conditions de travail et celles des auxiliaires appelés en renfort pour assurer ce surplus.

Ce changement d’horaire a abouti en référendum, parce qu’il a été imposé sans accord sur les compensations aux employés. Il y a dix ans, pourtant, Nyon était la seule ville du canton à emboîter le pas à Lausanne, en signant une convention collective de travail pour la vente. La SIC avait obtenu une ouverture en semaine jusqu’à 19h et à 18h le samedi, en échange de l’abandon d’une nocturne jusqu’à 20h. Si elle est revenue à la charge avec une extension le samedi, c’est que le commerce local souffre certes d’internet et du franc fort, mais aussi de la concurrence des grandes surfaces proposant, à Signy ou à Chavannes-de-Bogis, des parkings gratuits et des horaires élargis. Une situation qui devrait durer tant qu’il n’y a pas d’harmonisation cantonale.

Dialogue en panne

Mais cette fois les négociations ont échoué. «Le contexte est différent et les compensations proposées, comme les cinq semaines de vacances qu’ont déjà la plupart des employés avec les CCT de Migros ou de Coop, n’étaient pas suffisantes aux yeux du personnel de vente», rappelle Yves Defferrard, secrétaire régional d’Unia Vaud. Les employés consultés ayant refusé d’entrer en matière, il n’a pas apprécié la manière de la Municipalité de passer ce projet en force.

«Les discussions ont duré trois ans et demi pour aboutir à un retournement de position du syndicat, déplore le syndic, Daniel Rossellat. Face à la bonne volonté de la SIC, nous avons eu l’impression que le syndicat n’a pas joué le jeu. Et que l’intérêt supérieur de la ville et de son activité économique méritait que le préavis soit présenté aux élus.» En avril dernier, le Conseil communal adoptait l’extension de l’horaire par 50 voix contre 29 et 8 abstentions.

Si la gauche soutient le référendum, c’est qu’il n’y a pas eu accord entre partenaires. Et qu’elle ne croit pas aux vertus d’une heure supplémentaire d’ouverture pour sauver le commerce, dans une ville où les petits magasins ferment souvent dans l’après-midi déjà. «Une étude de Credit Suisse dit que seulement 20% du chiffre d’affaires se fait entre 16 et 18 h. Et Divonne-les-Bains attire des clients suisses à cause de ses prix plus bas, pas à cause de ses horaires plus larges», rappelait le socialiste Sacha Vuadens.

Alors qu’à Fribourg le peuple a refusé d’élargir l’horaire au-delà de 16h, il est difficile de dire comment voteront les Nyonnais. Ils semblent montrer beaucoup d’empathie pour le personnel de vente, mais étaient totalement absents du débat public.

Créé: 17.09.2019, 07h33

Articles en relation

A Nyon, il y aura référendum sur l’ouverture des magasins

Commerce Les citoyens devront certainement se prononcer sur l’heure supplémentaire accordée le samedi. Plus...

A Nyon, les magasins fermeront à 19h le samedi

Conseil communal A la demande des commerçants, les élus ont accepté de prolonger l'ouverture d'une heure, malgré les réticences de la gauche. Plus...

Ouvrir jusqu’à 19 h le samedi? Le syndicat s’étrangle

Nyon La Municipalité propose d’autoriser les commerces à prolonger leur horaire de fin de semaine. Unia menace de dénoncer la convention collective. Plus...

À Nyon, les vendeurs montent au front contre l'horaire du samedi

Commerce Le personnel de vente veut combattre en référendum l'heure supplémentaire accordée jusqu'à 19 h le samedi par le Conseil communal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.