Passer au contenu principal

Le train rouge vit une mue à 300 millions

La Compagnie du Nyon - Saint-Cergue - Morez et les Transports publics nyonnais dévoilent leur stratégie pour les années 2020-2030.

Les quatre nouvelles rames reçues en 2015 seront complétées par six autres rames modernes en 2022.
Les quatre nouvelles rames reçues en 2015 seront complétées par six autres rames modernes en 2022.
PATRICK MARTIN

«Nos entreprises Nyon - Saint-Cergue - Morez et Transports publics de la région nyonnaise sont à un tournant de leur histoire», a déclaré leur directeur, Richard Zaugg, à l’occasion d’une rencontre avec les commanditaires, autorités politiques et partenaires mercredi à Saint-Cergue. Grâce aux fonds d’investissement ferroviaire et au fonds FORTA, votés par le peuple, la compagnie du train rouge va pouvoir investir plus de 300 millions de francs pour son développement et sa modernisation.

Devenu centenaire en 2016, le train du Nyon - Saint-Cergue - Morez (NStCM) a déjà entamé sa mue avec l’acquisition de nouvelles rames et le passage au quart d’heure entre Nyon et Genolier en 2015. Mais c’est le premier coup de pioche donné cet automne à la construction d’un nouveau dépôt ferroviaire et centre administratif à l’Asse, près du Paléo, qui marque le début d’une période de grosses transformations qui va s’étendre sur une douzaine d’années.

Emménagement en 2022

La réalisation du nouveau dépôt, devisé à 64 millions, sera terminée début 2022. Le déménagement de tout le matériel entreposé dans le hangar des Plantaz au nord de la ville de Nyon se fera en cours d’année. Le futur bâtiment, qui pourra abriter cinq rames, les ateliers de maintenance, les unités de lavage et tous les véhicules de service, fera 80 mètres de long sur 50 de large. La direction et l’administration seront également relogées à l’Asse.

Dès lors, courant 2022, la compagnie pourra se faire livrer six nouvelles rames à 42 millions de francs. Cela signifiera la disparition de l’ensemble du matériel roulant de l’ancienne génération. De gros travaux d’infrastructures devront accompagner ces acquisitions, au niveau des voies et des ouvrages d’art, ainsi que dans toutes les gares et haltes, où les quais seront adaptés aux personnes à mobilité réduite et l’accueil sera amélioré.

Une «chance historique»

Plus loin dans le temps, à l’horizon du changement d’horaire des CFF en 2025, la compagnie étudie une double voie entre le nouveau dépôt et Trélex, afin d’avoir un point de croisement dynamique. Ces aménagements représentent la partie visible des investissements. Il y aura aussi une importante modernisation des systèmes de sécurité, des contrôles de la marche des trains, et de l’information aux voyageurs.

Richard Zaugg se réjouit d’avoir «la chance historique» de réaliser ces très gros investissements. Mais il rappelle qu’il s’agit aussi d’un énorme défi à relever. Pour que le NStCM reste finançable par la Confédération, il faut répondre à deux critères: le degré de couverture des charges doit rester égal ou supérieur à 20%, et le taux de fréquentation des usagers doit rester suffisamment élevé. Depuis 2015, cette fréquentation a augmenté de 34%, mais les recettes seulement de 3,1%.

D’autre part, recevoir 70% des fonds de la part de la Confédération (28,3%) et du Canton de Vaud (41,7%), et «seulement» 19% des Communes, entraîne un changement de paradigme au niveau de la gouvernance. Le directeur explique qu’en plus d’une standardisation du matériel roulant et des systèmes informatiques, les entreprises de transports publics doivent appliquer des processus de fonctionnement et suivre des contrôles de qualité communs. «Ainsi, on passe du tout local ou régional au profit d’un alignement sur un modèle cantonal et national.»

En d’autres termes, cette immense manne financière est bienvenue mais impose de profondes mutations au sein de la compagnie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.