Un tremplin pour les start-ups locales

MorgesLa première édition d’un concours destiné à aider les projets innovants a fait salle comble jeudi. Cinq jeunes entrepreneurs ont été récompensés.

Le Morgien Jean-Marc Narr est l'un des dix candidats à avoir défendu son projet - d'insertion professionnelle - devant le jury et le public du concours réservé aux start-ups régionales.

Le Morgien Jean-Marc Narr est l'un des dix candidats à avoir défendu son projet - d'insertion professionnelle - devant le jury et le public du concours réservé aux start-ups régionales. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’ambiance était propice aux idées innovantes jeudi soir à Morges. L’espace de travail partagé Society Coworking accueillait la première édition du Morges City Start-Up, un incubateur qui souhaite donner un coup de pouce aux jeunes entreprises, associations ou porteurs de projets de la région. Ce concours, qui a été imaginé par le Morgien Emre Tekdogan, fondateur de l’espace de coworking, a pour ambition d’apporter un élan créatif à la ville: «Comme enfant de Morges, je suis très attaché à cette commune. Quand j’ai créé cet espace de travail partagé en 2016, mon idée était de pouvoir rassembler les jeunes entrepreneurs et les personnes plus expérimentées sous un même toit, dans un but de partage. À ce moment, j’avais déjà en tête l’idée d’un tremplin pour appuyer les habitants dans leurs ambitions. Je suis très heureux car nous avons reçu de nombreux dossiers de candidature. J’espère que cela continuera l’année prochaine!»

Du côté de la Commune, on se réjouit aussi de cet événement et de l’engouement qu’il a suscité. «Morges est une ville en plein développement et nous ne pouvons que louer le dynamisme de ces jeunes entrepreneurs qui participent à la vitalité de notre tissu économique», a souligné la municipale en charge des Finances et de la Promotion, Mélanie Wyss.

Cinq minutes pour séduire

Sur les 17 dossiers déposés, dix ont passé le cap pour participer à la sélection finale. Chaque participant a disposé de cinq minutes pour défendre son projet et ainsi convaincre les membres du jury, composé de représentants des partenaires de l’événement. Au terme de la soirée, les cinq entreprises qui ont remporté le plus de points se sont vu offrir des places à l’espace de coworking, les prix allant de 2250 à plus de 10'000 francs. C’est une habitante de Cottens, Margot Stuart, qui l’a emporté grâce à sa plateforme Verifylt, qui permet de traquer la contrefaçon des objets de luxe . Elle a devancé l’entreprise genevoise Hoffa et son sac à dos qui fait également office de protection pour le dos des motocyclistes, skieurs ou autres amateurs de sports à risques. Tole Factory, basée à Montricher, qui souhaite proposer des produits à base de tôle en un clic, se place en troisième position. Les perdants ne le vivaient pas trop mal: ils ont bénéficié d’une occasion inédite de «vendre» leur projet ou leur produit face à un jury d’experts en cinq minutes et, qui sait, se faire connaître.

Jusqu’ici peu profilée sur le plan économique malgré la présence sur son sol de plusieurs multinationales et de multiples PME, Morges en a fait une priorité de la législature via notamment la création d’un poste de délégué à la promotion économique et la tenue de soirées thématiques.

Créé: 02.02.2020, 09h01

À la traque aux contrefaçons

La gagnante



La grande gagnante de cette soirée de start-up est Margot Stuart et son idée de plateforme permettant d’identifier et d’authentifier les objets de luxe dans le cas de vols.

«C’est vraiment encourageant de voir son projet récompensé de cette manière, souligne-t-elle. On cherchait une domiciliation, et que cela puisse se faire à Morges, lieu où j’ai grandi en plein centre de l'arc lémanique, c’est extraordinaire.»

Pour celle qui a travaillé de nombreuses années pour Sicpa, la lutte contre le trafic illicite est un combat quotidien qu’il ne faut pas négliger.

Une association qui aide les sans-emplois

En lice



Cela fait deux ans déjà que Jean-Marc Narr, habitant de Morges et membre du Conseil communal, a fondé Motiv’Emploi. Cette association a pour objectif d’accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs démarches. Depuis sa fondation, elle a accompagné 350 personnes, dont 83% d’entre elles ont pu retrouver du travail. Fort de ce succès, Jean-Marc Narr a ouvert une deuxième antenne à Neuchâtel et une troisième est prévue à Genève en 2020. Cinq programmes d’accompagnement sont proposés. Les prestations sont gratuites et les membres travaillent de manière bénévole.

Articles en relation

La cybersécurité devient accessible aux PME

Confiance digitale Des start-up du programme Tech4Trust ont développé des parades antihackers pour les PME. Plus...

Inspiré de l’origami, Foldaway brille à Las Vegas avec ses minirobots

Technologie La start-up issue de l’EPFL se fait un nom grâce au capot interactif d’une Mercedes-Benz futuriste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.