Passer au contenu principal

Trouble jeu politique autour du Bois de Chênes

Municipal des forêt à Vich, Jean Sommer écrit en tant que citoyen au Conseil d’Etat pour torpiller un projet conduit par les autorités de Genolier.

La ferme du Bois-de-Chêne, située sur la commune de Genolier, demande une profonde restauration.
La ferme du Bois-de-Chêne, située sur la commune de Genolier, demande une profonde restauration.
Alain Rouèche-A

Un élu qui écrit à la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro pour la mettre en garde contre le projet conduit par une Municipalité voisine. C’est l’étrange manœuvre de Jean Sommer, de Vich, qui s’oppose à la restauration de la ferme du Bois de Chênes, située à Genolier. Le Bois de Chênes est justement un dossier dont il partage la responsabilité, sur le plan communal, avec deux de ses collègues municipaux. «J’ai signé cette lettre comme simple citoyen et en qualité de délégué du groupe Mon Bois-de-Chênes», se justifie-t-il. Il n’empêche, sur la page Facebook de ce groupe, constitué d’opposants disparates dont les visées ne sont pas claires, il a reproduit in extenso la missive envoyée à Lausanne sans préciser avec quelle casquette il l’avait signée, laissant planer la confusion s’il s’engageait comme élu ou comme simple citoyen.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.