Passer au contenu principal

Les jeunes vignerons crient leur colère

Pris à la gorge, les producteurs de la nouvelle génération ont fait souffler un vent de révolte mercredi à Saint-Livres. Une grande manifestation est prévue à Berne.

En un week-end, Alexandre Fischer – 3e depuis la droite – a réuni près de 400 vignerons sur un groupe WhatsApp, dont 150 l’ont rejoint lors d’une séance constitutive des Vignerons en colère. Ils iront crier leur ras-le-bol le 2 décembre à Berne.
En un week-end, Alexandre Fischer – 3e depuis la droite – a réuni près de 400 vignerons sur un groupe WhatsApp, dont 150 l’ont rejoint lors d’une séance constitutive des Vignerons en colère. Ils iront crier leur ras-le-bol le 2 décembre à Berne.
FLORIAN CELLA

«On n’en peut plus des théories de l’Interprofession, il est désormais temps de passer à l’action pour obtenir des mesures urgentes, ou nous allons disparaître!» Dans la bouche du syndicaliste agricole José Bové, ces mots feraient sourire certains. Mais quand ils sont prononcés par des vignerons d’ici et massivement applaudis par une salle bondée du tiède Pays de Vaud, on se dit que l’heure est grave.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.