Vivre dans son propre appart avec un handicap

Institutions spécialiséesDepuis trente ans, le Service éducatif en ville de l’Espérance permet aux personnes handicapées de vivre de manière autonome à Morges.

Le Service éducatif en ville de l'Espérance (SEVE) fête ses 30 ans.

Le Service éducatif en ville de l'Espérance (SEVE) fête ses 30 ans. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vivre dans son propre appartement en ville alors que l’on souffre d’un handicap. Depuis tout juste trente ans, le Service éducatif en ville de l’Espérance (SEVE), rattaché à la fondation du même nom basée à Etoy, permet aux personnes atteintes de déficience mentale moyenne à sévère de loger de manière autonome en ville de Morges, accompagnées par des éducateurs spécialisés. L’expérience a porté ses fruits, si bien que le SEVE a fait des petits: le SERE, à Rolle, et le SENE, à Nyon.

«Cette structure est née lorsque des personnes ont posé cette question: pourquoi ne peut-on pas vivre comme tout le monde?» explique Angelo Arietano, éducateur. Actuellement, treize bénéficiaires, de tous âges, profitent de cette prestation. «Ils vivent comme tout le monde. Ils prennent le train le matin pour aller travailler dans des ateliers protégés, font leurs courses eux-mêmes, décrit Angelo Arietano. Certains habitent seuls, d’autres en colocation. Des couples se sont formés.»

Créé: 16.06.2016, 19h57

Articles en relation

A Etoy, l’Espérance veut s’ouvrir vers l’extérieur

La Côte Les bénéficiaires des ateliers de l’institution pour handicapés profiteront du chantier d’extension pour travailler hors-les-murs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.