Lausanne 2020 peut enfin se montrer rassurant

JO de la JeunesseAprès des écueils en série, les huit sites sont désignés. «Le planning sera largement tenu», affirme le comité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lundi, le ton des organisateurs des prochains Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver se voulait rassurant. À 641 jours de la cérémonie d’ouverture, «les signaux sont au vert, nous sommes largement dans les temps», indique le président de Lausanne 2020, Patrick Baumann. Après des écueils et des contretemps en série et après que son directeur général, Ian Logan, a essuyé de vives critiques sur sa gestion d’équipe (24 heures du 21 mars), «les huit sites sont désormais désignés. Nous pouvons aller de l’avant dans la gestion fine et l’opérationnel» a annoncé le comité.

Chantiers bien lancés

Villars (ski-alpinisme, skicross), Les Tuffes (France, biathlon, saut à skis), Saint-Moritz (patinage de vitesse, bob) et Champéry (curling) attendent sereinement le coup d’envoi. Ces quatre sites ont déjà accueilli les premières épreuves tests. La station grisonne s’y connaît même pas mal en compétitions internationales: sa piste de bob centenaire a déjà accueilli 36 championnats du monde.

Dans la région lausannoise, «la construction de la nouvelle patinoire de Malley et celle du Vortex, où logeront les athlètes, sont en avance, ajoute le conseiller d’État et vice-président du comité, Philippe Leuba. Les installations de Leysin (freestyle) sont à l’enquête et le planning pourra être respecté aux Diablerets, la dernière opposition ayant été retirée.»

Quid de la vallée de Joux? La Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage le martelait dans les colonnes du quotidien Le Temps, fin mars: elle s’opposera aux futurs plans d’aménagement de sorte que «la vallée de Joux ne pourra pas accueillir les épreuves de ski de fond». Le syndic du Chenit, Stives Morand, n’est pas de cet avis: «La création d’un centre de compétence nécessitera un nouveau plan d’affectation. Cette démarche prend du temps et interviendra après les Jeux. Mais n’est pas nécessaire à la tenue des compétitions sur nos pistes.» Philippe Leuba confirme: «À l’heure actuelle, la région n’attend plus qu’une autorisation «Pocama», nécessaire à l’organisation de n’importe quelle manifestation dans le canton.»

Gestion au quart d’heure

L’un des gros morceaux sera l’élaboration du planning des athlètes. «La tâche est complexe, au vu du nombre d’acteurs impliqués (ndlr: 1880 athlètes de 15 à 18 ans attendus), relève Simone Righenzi, chef «sports» de Lausanne 2020. Nous devons tenir compte des exigences des fédérations internationales, des temps de déplacements, de l’organisation des événements locaux sur les sites hôtes… Mais à deux ans des Jeux, nous en sommes désormais à un planning établi au quatre d’heure près.»

Plaire et surtout éduquer

Pour Lausanne 2020, le slogan «Des Jeux pour les jeunes et par les Jeunes» est pris très au sérieux. L’événement sera l’occasion pour les futurs champions d’apprendre et d’échanger. Ateliers consacrés à la gestion des médias, sensibilisation à la pratique d’un sport propre et durable, rencontres avec des champions olympiques: les projets didactiques sont nombreux. «Une collaboration avec l’École hôtelière de Lausanne permettra par exemple aux sportifs, à chaque repas, de comprendre pourquoi le régime d’un hockeyeur doit être différent de celui d’un patineur artistique», signale Olivier Mutter, responsable du programme éducatif des JOJ.

L’école ERACOM planche en parallèle sur le design de la mascotte ou encore les pictogrammes illustrant les différentes disciplines qui seront utilisés lors des Jeux. «Je constate que chaque prof et école impliqué dans cette aventure est fier d’apporter sa pierre à l’édifice», salue Christophe Dubi, directeur exécutif des Jeux pour le CIO. (24 heures)

Créé: 09.04.2018, 18h46

Articles en relation

Le resto vendu, Les Diablerets peuvent se préparer pour les JOJ

Lausanne 2020 Un compromis a été trouvé avec l’ultime opposant à la mue du Meilleret. Les travaux débuteront ce printemps. Plus...

«J’ai accordé ma confiance aux jeunes par le passé et je continuerai à le faire»

Jeux olympiques de la jeunesse Directeur général de Lausanne 2020, Ian Logan répond aux critiques formulées sur sa gestion du projet et des ressources humaines. Plus...

Champéry accueillera les compétitions de curling

Lausanne 2020 Après la défection de Morges, le choix de la station valaisanne a été validé par le Comité exécutif Lausanne 2020 et le Comité international olympique (CIO). Plus...

Des embûches en série sur la route de Lausanne 2020

JOJ 2020 Morges dit non au curling, la Vallée prend du retard, l’heure tourne aux Diablerets. Les Jeux volent-ils en éclat? Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...