À Lausanne, Dame Gingembre n'aime que les ingrédients bios

TerroirsLancés par une cantatrice et son frère comédien, les jus de gingembre s’aromatisent de beaucoup d’élégance.

Boostés, Raphaël, Raseun et Amélie déclinent leur gingembre de goûts purs.

Boostés, Raphaël, Raseun et Amélie déclinent leur gingembre de goûts purs. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dame Gingembre est une démonstration que l’art peut mener à l’artisanat. Au départ de l’histoire, une sœur et un frère, Amarilis et Raphaël Bilbeny, nés à Berne mais élevés dans la région lausannoise, qui partage tous deux un sens artistique. La preuve? Amarilis est cantatrice, aujourd’hui installée à Hambourg avec sa famille, après avoir habité Stuttgart. Raphäel, lui, est comédien et a passé sur plusieurs scènes de la région. «Les métiers artistiques, c’est très beau mais financièrement c’est souvent la galère», explique l’intermittent du spectacle avec un grand sourire.

Sa sœur consommait du gingembre depuis une dizaine d’années pour soigner et entretenir sa voix. Cette potion magique donne des idées aux deux artistes, qui souhaitent lancer un produit sain et éthique. Et trouver un revenu plus régulier que les cachets. Ils lancent alors Frau Ingwer en Allemagne en 2014, un petit artisanat de jus de gingembre dans lesquels ils ajoutent divers ingrédients. L’idée de base est de les vendre sur les marchés, d’abord à Hambourg où Amarilis réside et où elle devient l’égérie de la marque. Frau Ingwer, c’est elle, même si c’est plutôt son frère qui crée les recettes en coulisses.

L’artisan s’étend

«On a monté un atelier en famille, on est monté avec mon frère carreler un local pour la production. On s’est lancés un peu à l’arrache, sans étude, sans connaissance.» Mais Frau Ingwer rencontre son public, et même des investisseurs qui élargissent le marché de la marque outre-Rhin. Un site d’e-commerce, des boutiques bios et désormais même la grande distribution. «C’est toujours délicat de garder notre côté artisanal quand on produit davantage, mais on y tient», affirme Raphaël. Frau Ingwer occupe désormais six employés.

Côté suisse, le frère se lance plus tard. Et c’est l’arrivée d’Amélie Jarlier, une copine architecte, qui booste Dame Gingembre cet hiver. Un local de production au Mont-sur-Lausanne, une diffusion élargie, un joli look. «Je m’occupe du commercial et de l’administration», sourit la jeune Française. Et Raphaël se concentre sur le produit, avec l’aide de Raseun, son ancien voisin de marché afghan à la rue du Pont.

Dame Gingembre, aujourd’hui, ce sont trois jus à la force croissante. La miellée ne contient que 15% de jus, additionné de 15% de miel de la région, du jus de citron vert pour la conservation et le goût, et de l’eau. «Cela permet de convaincre les réticents.» Qui passeront ensuite au Vanillé, 20% de gingembre qui rencontre de la vanille de Madagascar, du citron et du sucre de canne. Avant d’affronter le Nature, 40% de gingembre, du citron et de l’eau. «C’est fort, forcément, mais on peut soit le boire en shot pour se donner de l’énergie le matin, soit le diluer froid ou chaud, comme un sirop ou une infusion.» Si le produit est plutôt cher, il faut imaginer la quantité de boissons qu’on peut en tirer.

Labellisé bio

Tous les ingrédients sont bios, le gingembre vient du Pérou. Raphaël le préfère à l’asiatique pour sa pureté et sa moindre teneur en eau. Il passe dans une machine pour être broyé avant d’être pressé dans une machine que le comédien a découverte. «Elle est magique, elle ne laisse passer que très peu d’amidon.» La vanille de Madagascar est infusée dans un sirop de sucre pour y transposer ses arômes. C’est tout simple mais cela a demandé du boulot pour élaborer les recettes. Comme les jeunes gens veulent faire dans le durable, les bouteilles (shot, 2,5 dl, 5 dl et 1 l) sont en verre, avec fermeture métallique, et peuvent donc être recyclées. Ils en fabriquent environ 500 par semaine pour le moment, mais faites confiance à Amélie pour étendre le marché.

«Je travaille bien sûr sur des déclinaisons. Je fais des lactofermentations, des macérations, je réutilise la pulpe pressée, je cherche parfois trop loin, c’est mon côté artiste. Cela me permet de m’amuser.» Dame Gingembre pourrait, demain, lancer une ginger-beer, un ginger-ale ou d’autres produits. «Nous devons sortir de notre clientèle de niche», explique Amélie avec énergie.

(24 heures)

Créé: 03.03.2019, 15h04

S'en procurer

Sur le net:
www.dame-gingembre.com.

Sur les marchés:
Lausanne, Divonne (F) et Carouge (GE).

Dans les boutiques:
Au Marché du Grand-Mont, chez Laurent & Magalie, à Morges, chez Satoriz, à Ferney-Voltaire (F).

Dans les restaurants:
Chez Loxton, au Giraf Bar ou au Pointu, à Lausanne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.