Lausanne veut les «JO» d’architecture

EvénementLa ville est candidate à l'organisation du Congrès de l’Union Internationale des Architectes, en 2023. Tout comme Madrid, Copenhague, Antalya, Baku et Kuala Lumpur.

L'architecte Manuel Bieler, du comité d’organisation, a le soutien de Micheline Calmy-Rey, marraine du projet, du syndic Grégoire Junod et du conseiller d’Etat Pascal Broulis. Le thème du congrès est «Architecture et eau»; sa présentation a eu lieu sur un bateau de la CGN.

L'architecte Manuel Bieler, du comité d’organisation, a le soutien de Micheline Calmy-Rey, marraine du projet, du syndic Grégoire Junod et du conseiller d’Etat Pascal Broulis. Le thème du congrès est «Architecture et eau»; sa présentation a eu lieu sur un bateau de la CGN. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lausanne est sur les rangs pour accueillir le congrès de l’Union Internationale des Architectes (UIA) en 2023. Cet événement réunit chaque trois ans des milliers d’architectes du monde entier, braquant les projecteurs sur une région.

Pour succéder à Séoul (2017) et à Rio (2020), il faudra surpasser cinq villes encore en lice: Madrid (Espagne), Copenhague (Danemark), Antalya (Turquie), Bakou (Azerbaïdjan), et Kuala Lumpur (Malaisie). «Copenhague est favori. On se réjouit de les battre», sourit Manuel Bieler, architecte et président du comité d’organisation.

«D’énormes atouts»

L’initiative de cette candidature émane des membres des sections locales de la Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA) et de la Fédération des architectes suisses (FAS). La Ville et le Canton soutiennent le mouvement avec une enveloppe de 240 000 euros chacun. «Cet événement va au-delà d’un traditionnel congrès et œuvre pour le rayonnement de la métropole lémanique», justifie le conseiller d’Etat Pascal Broulis. «Nous avons d’énormes atouts pour gagner», estime le syndic de Lausanne, Grégoire Junod, qui relève «les répercussions économiques importantes» d’un tel événement.

Si Lausanne l’emporte, la métropole lémanique accueillerait entre 5000 et 7000 personnes sur une semaine. Le dossier de candidature tourne autour du thème «Architecture et eau». Workshops, expositions et réunions investiraient les villes bordant le lac: Lausanne, Vevey, Nyon, Montreux, Genève, Evian… Le transport se ferait sur la flotte Belle Epoque de la CGN. «Le but est d’amener les architectes sur l’eau pour parler de l’eau», résume Manuel Bieler. Quelques arrêts obligés: la Villa Le Lac de Le Corbusier (Corseaux), le siège Nestlé de Jean Tschumi (Vevey) ou à la Buvette Prouvé-Novarina (Evian).

Le lauréat sera sélectionné lors du prochain congrès de l’UIA à Séoul, en septembre. Une délégation d’architectes et de personnalités politiques emmenée par la marraine du projet, Micheline Calmy-Rey, se rendra dans la capitale coréenne pour défendre le dossier. «J’ai accepté avec enthousiaste, explique l’ancienne conseillère fédérale. Nous avons beaucoup d’atouts, ne serait-ce que le paysage magnifique. L’architecture suisse s’est développée de façon à respecter le paysage.»

Là où tout a commencé

Lauréate de deux Prix Pritzker décernés à Herzog et de Meuron et Peter Zumthor, la Suisse se positionne comme un haut lieu de l’architecture contemporaine. La région lémanique peut mettre en avant des constructions récentes emblématiques: le Rolex Learning Center (EPFL), le gymnase de Renens (CEOL), le Parlement cantonal… Et plusieurs importantes réalisations à venir: le futur nouveau siège du CIO, le pôle muséal Plateforme 10, le Campus Santé, le village olympique des JOJ 2020, Aquatis, le futur campus de la RTS, le Centre du cancer Agora…

Lausanne mise aussi sur un clin d’œil historique pour rafler la mise: c’est dans la capitale vaudoise que l’UIA a été fondée en 1948. L’organisation compte aujourd’hui parmi les plus importantes ONG du monde et fédère les associations professionnelles de 123 pays. Pourquoi ne pas fêter ses 75 ans en revenant là où tout a commencé?

«Ce congrès est l’occasion de présenter l’effervescence de l’arc lémanique, cette métropole qui se construit sous nos yeux, conclut Manuel Bieler. Nous souhaitons la partager avec les architectes du monde entier sur les rives du Léman, mais aussi avec le grand public qui sera bienvenu. La Suisse est un laboratoire. La formation y est de qualité; l’architecture est de qualité. A l’échelle nationale et internationale.» (24 heures)

Créé: 26.06.2017, 20h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...