Passer au contenu principal

Depuis Lausanne, Lyria veut concurrencer l’avion

Tarifs attractifs, matériel roulant plus confortable, liaisons plus fréquentes. Les TGV passent à l’offensive.

L’État de Vaud indique qu’il sera attentif à ce que les tarifs attractifs concernent aussi la ligne via Vallorbe.
L’État de Vaud indique qu’il sera attentif à ce que les tarifs attractifs concernent aussi la ligne via Vallorbe.
YVAIN GENEVAY

TGV Lyria revoit de fond en comble son offre entre la Suisse et la France: nouvelles rames deux étages, nouveaux horaires, nouveaux tarifs, nouvelle classe. Dès le 15 décembre, la compagnie augmentera le nombre de liaisons quotidiennes entre Lausanne et Paris via Genève.

Alors que la question climatique est au centre du débat, Lyria compte bien gagner des parts de marché sur le transport aérien. Son directeur général, Fabien Soulet, explique la «transformation historique» de son offre pour être compétitif: «Nous voulons qu’il n’y ait plus aucune raison de prendre l’avion pour voyager entre la Suisse et la France. Pour ce faire, nous allons proposer d’une part la «Business 1re» depuis Lausanne, dès le 15 décembre, afin d’attirer une clientèle qui cherche une offre qualitative. D’autre part, nous allons multiplier les prix avantageux et les rendre plus disponibles, pour une clientèle qui cherche à voyager de manière économique.» Le TGV a l’avantage sur l’avion de circuler du centre de Lausanne au centre de Paris sans changement, sans contrôle de sécurité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.