Passer au contenu principal

Lausanne marche sur un fil, et cette fois-ci il est tombé

Les Vaudois ont laissé passer leur chance avant de se faire surprendre. Plus entreprenant tout de même, Zurich n’a rien volé.

Si Kololli (en orange, aux prises avec Brunner) a raté une belle occasion d’ouvrir le score pour le LS peu après l’heure de jeu, Frey (debout), lui, n’a pas laissé passer sa chance quelques secondes plus tard.
Si Kololli (en orange, aux prises avec Brunner) a raté une belle occasion d’ouvrir le score pour le LS peu après l’heure de jeu, Frey (debout), lui, n’a pas laissé passer sa chance quelques secondes plus tard.
Keystone

L’équilibre demeure fragile. Le Lausanne-Sport marche sur un fil et le match de dimanche en a, une fois encore, apporté la preuve. L’équipe vaudoise possède certains arguments, qu’ils soient d’ordre collectif, voire individuel, mais sa réussite reste soumise à toute une série de facteurs, comme une solidarité sans faille, une justesse technique, un zeste de lucidité ou encore un soupçon de réussite.

Dans un Letzigrund qui avait des envies d’hiver, les joueurs de Fabio Celestini n’ont pas démérité et auraient même pu prétendre à la victoire. Mais après une première période solide – et fort peu spectaculaire dans l’ensemble –, le visiteur a laissé filer le match une poignée de secondes après avoir hérité d’une énormissime opportunité d’ouvrir le score.

La scène se déroule à la 63e minute. Le LS récupère le ballon au milieu de son camp et se projette très vite vers l’avant, se retrouvant à quatre contre un seul Zurichois. Une rupture qui ressemble furieusement à une aubaine. Porteur du ballon à l’approche des vingt derniers mètres, Campo choisit la solution Kololli sur sa droite. Mais le décalage n’est pas parfait et la frappe de «Kolo» ne trompe pas la vigilance du gardien Vanins. Lausanne vient de laisser passer sa chance. Et comme il s’agit d’un grand classique du football, c’est le FCZ qui, une poignée de secondes plus tard, bénéficie d’une situation favorable, avec un ballon qui parvient à Frey, lequel – revenu d’une position de hors-jeu – arme une frappe tendue et croisée absolument imparable.

Voilà en résumé l’histoire d’un match heureusement plus intéressant, plus vivant surtout, en seconde période. Le LS a voulu l’aborder assez bas, craignant la profondeur, avec la vitesse et la puissance athlétique supérieures des Zurichois. Mais pour surprendre son hôte, il aurait dû se montrer plus costaud, et plus substantiel aussi, dans la fameuse phase dite de transition. On a beaucoup cherché Margiotta en pointe. Mais l’Italien, généreux dans les courses, certes, n’est pas un lévrier. Il a donc souffert de ne pas avoir davantage de soutien plus près de lui.

Et lorsqu’il a fallu redéployer les forces, donner une autre tournure au match, le coach vaudois s’est montré moins heureux qu’à son habitude avec les changements. Au contraire d’Uli Forte, qui, avec Winter et le long Nef, a introduit les deux complices – belle somme d’expérience à eux deux – de la très jolie action qui a abouti au 2-0. «Globalement, Zurich a fait un peu plus que nous pour gagner, reconnaissait Fabio Celestini. Je retiens notre organisation défensive et l’état d’esprit. Mais nous n’avons pas réussi à faire un grand match avec le ballon.»

Un effectif à étoffer

Si les occasions sont restées rares, le FCZ s’est tout de même offert une séquence qui aurait pu lui permettre de prendre l’avantage dès la 52e minute, lorsque Castella a repoussé une tentative de Rüegg, avant d’être sauvé par son poteau sur un tir de Dwamena. Les hommes d’Uli Forte n’ont donc pas volé ces trois points qui leur permettent de sortir d’une série de quatre matches sans victoire. Quant au LS, il vient de montrer à son nouveau propriétaire, sur ces deux dernières rencontres, ce qui était possible – ou non – avec le groupe actuel. Qu’il conviendra bien sûr d’étoffer (ce qui est prévu), d’abord pour assurer sa place en Super League, au printemps, avant d’envisager de s’installer, à moyen terme, dans la première moitié du classement.

Zurich - Lausanne 2-0 (0-0)Letzigrund. 9225 spectateurs.Arbitre:M. Amhof.Buts: 63e Frey 1-0, 81e Nef 2-0.Zurich: Vanins; Thelander, Bangura, Brunner (73e Nef), Pa Modou; Rüegg (63e Winter), Palsson, Sarr, Rodriguez; Frey, Dwamena (72e Koné).Lausanne: Castella; Monteiro, Manière, Rochat (67e Marin); Kololli, Tejeda (71e Dominguez), Maccoppi, Gétaz; Campo, Zarate (83 Zeqiri); Margiotta.Avertissements: 18e Manière, 49e Dwamena, 56e Rochat, 66e Margiotta, 80e Koné.Notes: Zurich sans Maouche, Marchesano et Schönbächler (blessés). Lausanne sans Pasche (suspendu) et Geissmann (blessé).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.