Ô Vallon, il y a des gens qui aiment leur quartier et en font toute une fête!

LausanneDu 3 juin au 2 juillet, c’est «la fête au village» aux portes de la Cité, un coin de ville méconnu, bordé par les plateaux de l’Hermitage et du CHUV.

Nora Salem, Marie Leuba, Pascal Paté et Michel Sauser ont oeuvré à l'organisation du festival e Ô Vallon

Nora Salem, Marie Leuba, Pascal Paté et Michel Sauser ont oeuvré à l'organisation du festival e Ô Vallon Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils s’y sont tous mis dans le quartier. Les associations culturelles, forcément, le bistrotier, l’Armée du Salut, qui gère la Marmotte et la Résidence, le collège tout proche de la Barre, les garagistes, les théâtres… Du 3 juin au 2 juillet prochain, ce sera la fête au Vallon. Dans toutes les rues. Sur toutes les places. «Ô Vallon, cela représente davantage qu’un festival pour nous. Cette manifestation, on la conçoit comme une véritable fête de village», s’enthousiasme Marie Leuba. Elle est l’une des animatrices socioculturelle du Vallon. Le lien entre tous les riverains.

Faire vivre le Vallon, c’était l’un des 45 objectifs listés par les habitants, à qui on avait demandé ce qu’ils souhaitaient pour leur quartier. Au même titre qu’instaurer une zone de rencontre, réaliser une place de jeu ou un ascenseur qui conduirait tout droit au CHUV, au-dessus de leur tête. «L’objectif est de favoriser la rencontre entre les habitants et les usagers du quartier et de les inviter à prendre possession de leur environnement. On veut amener du soleil et de la couleur dans ce quartier au passé ouvrier», explique Michel Sauser, du Théâtre 2.21. Un passé économique aussi, avec deux vestiges d’un autre temps encore conservés: l’ancienne gare du funiculaire Lausanne-Signal et les anciens Magasins de la Ville.

Un quartier en évolution

Pendant Ô Vallon, l’idée sera aussi d’expérimenter l’espace public et d’y tester des nouveautés qui ne resteront peut-être pas éphémères. Dans la Cour par exemple, où se trouvent pratiquement porte à porte les théâtres Pulloff et 2.21, la dizaine de garages de la police municipale seront transformés en bricothèque, ateliers vélos, couture, cinéma ou cirque, en salon où on cause et on joue. Marie Leuba: «Cette cour fait aussi l’objet d’un objectif des riverains, qui l’imaginent autrement qu’en simple parking, plus conviviale. Notre but, c’est de valoriser ce qui existe. Ici, il y a une âme particulière. Le quartier doit évoluer, il doit s’ouvrir mais tout en gardant son charme.»

Autre expérimentation: un marché maraîcher proposé par la fondation A Bas Seuil. Outre la cour, les festivités se dérouleront aux abords de la friche libérée par la démolition de l’ancienne usine d’incinération. La Caravane des Quartiers y plantera sa yourte du 13 juin au 2 juillet. On y appréciera aussi du théâtre et les concerts des Petits Chanteurs à la gueule de bois. Sur la place du Vallon, une grande scène sera montée. Au programme: des concerts, de la magie avec Pierric Tenthorey, des bals, des projections de films, un vide-greniers, des brunches… Sur la place du Nord enfin, des initiations aux bases du mix par un DJ, des jeux et un atelier poterie entre autres. Un menu riche, très riche même, qui verra encore se jouer deux créations: Fenêtres sur l’extérieur, de la projection monumentale sur façades accompagnée de voltige et de musique, et Marciel et le bonheur oblique de la conférence intérieure , du cinéma-théâtre par Marc Hollogne. (24 heures)

Créé: 02.06.2016, 09h33

Lausanne, Festival Ô Vallon

Du 3 juin au 2 juillet au Vallon,
tout le programme sur www.ovallon.com

Le passé économique méconnu du Vallon

Le Vallon est méconnu des Lausannois. Il en va de même de son passé économique. Dès le XVIIe siècle, on y trouvait notamment une poudrière, qui prendra feu en 1811, une scierie, un moulin, une fabrique de chocolat, une fonderie qui produisait des roues à eau, des pressoirs ou des monte-charges qui seront transférés à Moudon, des bains alimentés par une source ferrugineuse… Et bien entendu des maisons ouvrières, qui comptaient pas moins de huitante logements.

En 1913, la Société des tramways lausannois achète les immeubles du Vallon. Les Magasins de la Ville datent de 1896. Ils regroupaient le service municipal de voirie, ses écuries, des dépôts et ses logements. Ils ont été réaffectés en 1990 pour abriter les locaux de Textura, les théâtres Pulloff et 2.21 et des ateliers d’artisans.

Enfin, le quartier du Vallon, c’était aussi le départ du funiculaire Lausanne-Signal, qui menait les Lausannois à Sauvabelin. Inauguré en 1899, il a succombé à la motorisation en 1948.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...