1838: La Grenette saute les murs

250 ans dans la vie des VaudoisLe marché au blé quitte l’Hôtel de Ville pour le ravin comblé de la Louve à la Riponne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Paysanne qui fait ses humanités, Lausanne étouffe parfois, et défriche hors les murs un bout de terrain où installer maraîchers et étudiants. De même qu’au siècle suivant elle expédiera l’Université à Dorigny, au premier tiers du XIXe elle expulse le marché au blé et une bonne partie du marché tout court. Pas loin! Juste au-delà de l’ancienne porte de la Madeleine. En 1820, les Lausannois nomment Grenette le rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville, où se tient le «marché aux bleds». Mais on n’est plus au Moyen Age, la ville compte 15'000 habitants, et la Municipalité a besoin de place.

Elle décide d’en créer une, celle de la Riponne, pour y bâtir de modernes halles aux grains. Il faudra vingt ans. Car la Riponne n’est qu’un ravin creusé par la Louve; pour aller de la Madeleine au Valentin ou à Chauderon, il fallait descendre à la rivière et franchir un pont. (Voyez, au 4e sous-sol du parking, à quel niveau il se trouvait.)

Ayant fait voûter la Louve en 1815, la Municipalité dirige vers ce vallon tous les matériaux de remblai de la ville. 1830: la surface gagnée est assez vaste pour qu’on puisse l’aménager. On vient d’ériger, entre le Valentin et l’actuelle rue du Tunnel, l’Ecole de Charité, futur premier Collège classique, qui n’a pas encore pour voisine l’Eglise méthodiste allemande.

1838 marque le début des travaux

Comment aménager la nouvelle surface? Le premier concours d’idées de l’histoire tourmentée de la Riponne est lancé en 1833. Le projet de l’architecte Henri Fraisse, rentré de Rome et de Paris, séduit, mais le devis de 180'000 francs est «hors de proportion avec les ressources communales». Atermoiements, redimensionnement. Le chantier commence finalement en 1838.

Et la Grenette connaît, dès son inauguration le 7 novembre 1840, une animation parfois spectaculaire. Au fil des 1246 articles de sa série Maisons et quartiers d’autrefois (Feuille d’Avis/24heures, 1960-1989), Louis Polla évoque souvent cette salle polyvalente avant la lettre. Des photos la montrent entourée des chars et des étals du marché de la Riponne. Mais, avec ses 94 colonnes de grès soutenant la toiture de 42 mètres de côté, son sous-sol voûté de 8 mètres de haut et ses 10 mètres au-dessus du niveau de la place, la halle aux grains connaît bien d’autres usages.

C’est là qu’est servi, le 3 août 1842, le banquet de fête de la Société helvétique de musique, et que le lendemain les danseurs tourbillonnent lors du grand bal, y compris Mendelssohn, dont on vient de donner le Chant de louange à la cathédrale.

Repas, kermesses, marché aux champignons

Pendant un siècle, la halle accueille des expositions cantonales et fédérales, des beaux-arts à l’agriculture, à l’aviculture, à la boulangerie-pâtisserie. Mais aussi repas d’apparat, kermesses, meetings politiques, la fête romande de lutte et le marché aux champignons, une salle de gymnastique pour l’école voisine de la Madeleine (sacrifiée au Palais de Rumine). Un cinéma, en 1906, un bureau électoral. Et, en 1930, le premier match de basket joué à Lausanne.

L’occasion peut-être la plus brillante illumine la Grenette en 1891: Lausanne et le canton fêtent l’accession de l’Académie à la dignité d’Université. Les délégations suisses et étrangères, dont 900 étudiants, se pressent dans la ville pavoisée. Sous la Grenette agrandie d’une vaste cantine adossée aux colonnes, 96 sommeliers servent à 1400 invités un banquet préparé dans la salle de gym (10 chaudières de 250 litres, 7500 assiettes, 6000 verres). Le troisième et dernier jour des festivités commence par le gargantuesque Frühschoppen des étudiants – la choppe matinale accompagnée de victuailles pour ce copieux précurseur de notre brunch. Le soir, cortège aux flambeaux et retour à la Grenette pour les feux d’artifice. La Feuille d’Avis donne sans crainte la recette – strontium, colophane, chlorate de potasse – de feux de Bengale économiques censés durer cinq minutes.

En 1933, la Grenette, écrasée par le Palais de Rumine, jugée obsolète, est rasée sans pitié malgré les regrets de nombreux Lausannois. Les calamiteux agrandissements de la Riponne commencent, mais c’est une autre histoire.

Créé: 19.04.2012, 21h27

Dossiers

Cette année là

26 janvier? Au Tennessee, première loi de prohibition contre l’alcool aux Etats-Unis.
13 mars?Massacre lors d’une révolte populaire à Lisbonne.
Pitcairn?Les femmes y sont les premières du monde à obtenir et conserver le droit de vote.
Nouvelle-Zélande?Guerres sanglantes entre Maori et Anglais.
Yverdon?Les écoles publiques s’installent au château.
4 décembre?Les troupes françaises et autrichiennes quittent Ancône et Bologne, occupées depuis 1831.

Ave Victoria

Le 28 juin, avec un faste extrême, bien sûr,
la reine Victoria est couronnée. Alexandrine Victoire de Hanovre, fille du prince Edward Augustus, duc de Kent et Strat­hearn, et de Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld (sœur du premier roi des Belges, Léopold?Ier), est née à Londres en 1819 et mourra à Osborne en 1901. Son règne, plus de soixante-trois?ans, demeure le plus long de toute l’histoire du Royaume-Uni et de celui des monarques de sexe féminin.

Lion d’Or à vendre

Lu dans la Gazette de Lausanne: «M. Philippe Gonvers, propriétaire de l’Hôtel du Lion d’Or, à Lausanne, ayant résolu de se fixer à Paris, vendrait cet établissement.» Ce 1re?classe se compose alors d’un grand nombre de chambres à coucher, salles à manger, office, belle cuisine avec fontaine d’eau pure et bonne, vaste étendage, bûcher, deux grandes caves, bouteillers, écurie, remise, fenil, chambre à avoine. Sans oublier un joli local pour café estaminet, avec une excellente cave voûtée, qui peut être loué séparément. Enfin des bains sont établis dans l’hôtel, ce qui est unique à Lausanne.

mrm

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...