50 ans de bonne conduite au Jardin de la circulation

LausanneDepuis 1968, pas moins de 200'000 petits Lausannois ont appris à rouler à la Vallée de la Jeunesse. Les anciens racontent.

Anne-Sophie Stoll est la première femme à diriger la brigade de la prévention routière à Lausanne
Vidéo: Laurent de Senarclens

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En ce mercredi matin au pied de la Vallée de la Jeunesse, ils sont quatre à regarder avec nostalgie les enfants qui tournent à bicyclette dans le Jardin de la circulation. Quatre mousquetaires de la prévention routière qui, à tour de rôle, ont dirigé la «brigade Sugus», comme on l’appelle aujourd’hui, et inculqué aux têtes blondes de la capitale vaudoise comment maîtriser le trafic routier. Il y a Frédéric Schmahl, Jean-Jacques Rolle, Daniel Ducry et Jacky Vauthey, tous rangés des vélos mais qui n’auraient manqué pour rien au monde ce rendez-vous: le 50e anniversaire du Jardin de la circulation de la police municipale.


A lire: Vos souvenirs du jardin de circulation


Créé pour l’Expo 64, le Jardin de la circulation a été inauguré quatre ans plus tard, en mai 1968. «Au début, beaucoup d’enfants venaient ici pour se défouler. Il n’était pas rare qu’ils écopent de deux minutes de pénalité, à l’arrêt forcé sur le bord de la route», se souvient Frédéric Schmahl, qui officiait à la tête de la brigade de la prévention routière de 1966 à 1989. «Il n’y avait pas que des chenapans, heureusement. Et pendant les vacances, c’était le point de rencontre de tous les copains», ajoute Daniel Ducry. «Si les enfants prenaient un sacré plaisir à rouler ici, nous en avions tout autant à les intéresser à la circulation», assure Jean-Jacques Rolle.

Au fil des années, le Jardin s’est adapté à l’évolution des règles de la circulation. Un giratoire est apparu. Les voitures à pédales, prisées des garçons comme des filles, ont fait place aux boguets. Mais la roue tourne: les vélomoteurs vivent leur dernière année à la Vallée de la Jeunesse!

On ne sait plus faire du vélo

«Le problème, c’est que les jeunes Lausannois ne savent plus faire du vélo. Ils se déplacent en trottinette ou en transports publics, mais quand on les met au guidon d’une bicyclette, cela devient presque dangereux. Alors imaginez en vélomoteur», déplore Anne-Sophie Stoll. Elle est la nouvelle responsable de la brigade de la prévention routière à Lausanne. La première femme, aussi. C’est elle qui, constatant de plus en plus de chutes à vélo, a décidé de remiser les boguets au garage. Ils resteront toutefois disponibles au Jardin de la circulation en été, pendant les activités du Passeport Vacances.

Le Jardin de la circulation est ouvert de mars à fin août. En période scolaire, il est utilisé pratiquement tous les jours à raison de trois classes le matin et de deux l’après-midi. Les enfants de 10 à 13 ans y passent généralement une heure. (24 heures)

Créé: 06.06.2018, 20h50

Articles en relation

Vos souvenirs du jardin de circulation

Anniversaire Suite à notre appel sur Facebook, nous avons récolté vos témoignages. En voici quelques extraits! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...