«C’est aux médecins traitants de juger si un enfant ne peut pas aller en garderie»

Covid-19Parents et professionnels commencent à s’inquiéter. Les règles sont les mêmes qu’à l’école. Les autorités craignent de manquer de personnel si l’épidémie s’amplifie

Illustration

Illustration Image: archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors qu’un premier cas de coronavirus Covid-19 a été détecté parmi le personnel d’une garderie genevoise, l’inquiétude se fait aussi sentir dans les structures d’accueil vaudoises. D’un côté, des parents hésitent à placer leurs enfants si certains camarades reviennent de l’étranger. De l’autre, les professionnels s’inquiètent pour leur santé, dans un métier où ils sont au plus proche des enfants et de leurs microbes.

Pour l’instant, aucune structure d’accueil n’a fermé pour cause d’enfant malade dans le canton de Vaud, que ce soit au préscolaire ou au parascolaire. «Si ça devait arriver, cela découlerait du médecin cantonal, après une enquête d’entourage auprès des proches de l’enfant concerné», explique Valérie Berset, cheffe de l’Office cantonal de l’accueil de jour des enfants (OAJE).

«Si un enfant est malade, il est probable que la garderie ferme»

Valérie Berset, cheffe de l’Office cantonal de l’accueil de jour

Les règles générales sont les mêmes que dans les écoles et les critères pour qu’un enfant reste chez lui. Elles sont simples: une toux accompagnée d’une fièvre, ou une fièvre accompagnée de difficultés respiratoires. «C’est aux médecins traitants de juger de la situation pour savoir si un enfant peut retourner dans une structure d’accueil, ajoute Valérie Berset. Ils ont été informés par le médecin cantonal. Mais dans le cas où un enfant serait malade, il est fort probable que le Conseil d’État déciderait de fermer une structure d’accueil.»

Alors que les enfants semblent «asymptomatiques» (c’est-à-dire qu’ils peuvent être porteurs du virus sans avoir de symptômes), la crainte est de voir le personnel manquer. «Nous demanderions aux parents qui le peuvent de garder leurs enfants chez eux, afin de garantir un accueil à ceux qui n’ont pas d’autre solution», explique Jean-Claude Seiler, le chef du Service lausannois de l’accueil de jour. «Nous ferions alors appel à notre staff de remplaçants, mais il est vrai qu’il s’amenuise.»

Les syndicats, eux, conseillent de respecter les règles d’hygiène émises par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et les autorités sanitaires.

Créé: 11.03.2020, 21h32

Articles en relation

«À 93 ans, j’ai plus peur de mon âge que du coronavirus»

Maisons de retraite Les EMS sont sur le pied de guerre. Les visites restent autorisées, mais jusqu’à quand? Reportage à La Rozavère. Plus...

Après le coup de blues, une note de solidarité

Cully L’annulation de l’édition 2020 du festival génère un vaste élan de soutien. Mais les inquiétudes liées au coronavirus demeurent nombreuses. Plus...

«Le personnel soignant accomplit un travail incroyable»

Coronavirus La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga s’est dit «très inquiète» suite à cette crise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.