Ces adresses resteront fermées en 2020

BistrotsBarbare en travaux, Chevreuils incertains, Mövenpick en négociation… À Lausanne, les établissements en mains publiques restent portes closes encore quelques temps.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les troquets, bistrots, restaurants, bars et autres propriétés de la Ville font souvent parler d’eux. Plus souvent encore quand ils sont fermés ou en passe de rouvrir. Début 2019, la réouverture de l’Auberge de Beaulieu réjouissait son monde. Plus tard, il y a eu l’annonce de la «déconstruction» de l’Auberge de Sauvabelin et sa myriade de réactions scandalisées. Puis, cet été, la présentation des repreneurs du Barbare, aux escaliers du Marché.

Mais, en 2020, rien de concret au programme, du moins pour le public. Et la liste des bistrots propriété de la Ville dont on ne peut plus franchir le seuil s'amenuise trop lentement au goût de certains élus. La chose anime régulièrement les séances du Conseil communal, où ils s’impatientent de voir certaines portes closes. Récemment, c’est le chef du groupe PLR Matthieu Carrel qui déposait une interpellation demandant ce qu’il allait advenir de certains «lieux emblématiques» lausannois. Il a notamment été question de l’ancien Mövenpick, à la Riponne, de l’Hotel-restaurant des Chevreuils et de l’Auberge du Chalet-à-Gobet.

La municipale chargée de cette politique, Natacha Litzistorf, précise, dans sa réponse à Matthieu Carrel, que ces fermetures prolongées «s’expliquent la plupart du temps par des questions d’obsolescence et de mise aux normes importantes, qui surviennent après de longues occupations». Elle dit par ailleurs toujours croire pleinement à sa politique volontariste en matière d’attribution des établissements appartenant à la Ville. Celle-ci ne complique-t-elle pas les procédures et les conditions d’obtention d’un bistrot? Non, jure l’élue écologiste. «Ça n’ira pas plus vite si nous laissons faire n’importe quoi dans nos murs. Les temps sont toujours longs dans ce genre de démarche. Et je suis archi-convaincue que nous devons montrer l’exemple des circuits courts, du local.»


Hotel-restaurant des Chevreuils

Le trois-étoiles et son restaurant ont été fermés fin 2016. Cette propriété de la Ville nécessitait d’immenses travaux de rénovation, à l’époque devisés à 6 millions de francs. Les lieux sont depuis dédiés au logement de personnes momentanément sans domicile. En août 2019, la Ville annonçait un partenariat avec la coopération de réinsertion professionnelle Démarche. Aujourd’hui, la responsable du dossier, Natacha Litzistorf, explique que la réflexion se poursuit autour de cet objet «pas simple du tout mais qui ne nous fait pas perdre d’argent, avec son occupation sociale». Une option «bistrot uniquement» ne sera pas privilégiée. «J’y verrais bien un restaurant, un hôtel et quelque chose d’artistique. Et je suis surtout convaincue qu’il peut en sortir un très beau projet, même sans être au centre de Lausanne.» Mais il faudra pour cela trouver un investisseur capable de participer à la grande rénovation. Pas de date de réouverture communiquée, donc.

Auberge du Chalet-à-Gobet

L’affaire n’est plus vraiment dans les mains de la ville. Elle fait désormais partie d’un plus grand projet: le village de l’innovation, imaginé par l’école hôtelière (EHL). Une convention de développement et de réhabilitation sur cinquante ans a en effet été établie entre les deux parties. Natacha Litzistorf dit avoir signé, juste avant Noël, les plans nécessaires à la «métamorphose de l’ensemble du site». Comprendre: tout le secteur de l’ancienne ferme du Chalet-à-Gobet. Les futurs professionnels des métiers de l’hospitalité s’y feront la main et l’auberge, refaite, sera ouverte au public. Fin 2018, l’EHL annonçait un investissement de 25millions sur cinq ans. Et une mise en place «incrémentale» sur deux à trois ans. Une partie hébergement et une partie restaurant sont prévues. L’ancienne terrasse, du côté de la route de Berne sera conservée.

Ancien Mövenpick

L’établissement de la Riponne ne compte plus d’activité de restauration depuis 2011 et la fermeture du Haiku. En 2014, une garderie gratuite était provisoirement aménagée. Elle va finalement durer. Fin 2014, l’installation d’un bar spécialisé dans la torréfaction était annoncée juste à côté, pour être abandonnée début 2017. Aujourd’hui, la Ville, qui perd 71'450 francs par an à cet endroit, dit avoir trouvé un tenancier il y a neuf mois. En ce moment, il «doit prendre position sur les conditions-cadres». En attendant, on ne connaîtra pas son identité. Tout juste apprend-on qu’il occupera le rez uniquement, avec une activité de restauration. Laissant les sous-sols à la réflexion pour une nouvelle occupation. Des locaux de musique pourraient être envisagés.

Comment ce nouvel établissement s’intégrera-t-il à la refonte de la Riponne? Celle-ci ne devrait concrètement pas commencer avant dix ans. Mais la question de la durée du bail pour le nouvel occupant est l’un des éléments qui rend la procédure actuelle laborieuse.

Créé: 05.01.2020, 18h51

Articles en relation

Comment la Ville veut mettre ses bistrots en valeur

Lausanne Propriétaire de 49 établissements publics, la Ville veut les valoriser en donnant une ligne plus affirmée à ses locataires. Plus...

On ne torréfiera pas de café à la Riponne

Lausanne Le concept de bar-restaurant La Brûlerie ne verra pas le jour dans les locaux de l’ancien restaurant Mövenpick. La Ville cherche un plan B. Plus...

L’avenir est incertain pour l’Hostellerie Les Chevreuils

Vers-chez-les-Blanc Propriétaire, la Ville de Lausanne n’a pas l’intention de dépenser les 6 millions nécessaires à une rénovation. Plus...

Un «parc de l’innovation» hôtelière au Chalet-à-Gobet

Vaud L’auberge des hauts de Lausanne voit partir les migrants et arriver les étudiants. Plus...

Le bois du Jorat charpente le futur de l’Ecole hôtelière de Lausanne

Chalet-à-Gobet Les écuries parties en fumée en 2007 ont retrouvé leur aspect d’antan. Le Village de l’innovation est prêt à se développer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.