Dans les entrailles du complexe Bel-Air

PatrimoineL’emblématique bâtiment qui trône au cœur de Lausanne entame sa mue. Visite dans le ventre de la bête.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le temps semble s’être arrêté dans la tour Bel-Air. Le complexe de 120'000 mètres cubes est presque vide. Au fil des étages, les détails ou l’ambiance des pièces projettent le visiteur dans les années 1930. Des portions entières de l’édifice n’ont pas bougé depuis 1931, date de la construction. Notamment dans les dédales du socle de la tour, qui s’étendent sur 5000 m2. «Ce serait l’endroit parfait pour tourner un film policier», sourit Hannes Ehrensperger, architecte associé de CCHE SA, qui s’occupe du projet depuis six ans.

Travaux jusqu'en 2016
Le temps a néanmoins fait son œuvre sur les matériaux. La réfection et la mise aux normes du bâtiment sont devenues inévitables. Actuellement, les ouvriers s’affairent aux travaux préparatoires de cette rénovation. Le chantier devrait durer jusqu’en 2016. Une opération complexe: il faut faire du neuf en respectant le vieux. Car les Lausannois doivent reconnaître leur tour, une fois les travaux finis. «Le complexe Bel-Air est la force tranquille de Lausanne, estime Hannes Ehrensperger. C’est important qu’il garde son aspect originel dans une ville en pleine mutation. »

Créé: 17.01.2014, 10h00

Galerie photo

La Tour Bel-Air illuminée par des images d'archive de la RTS

La Tour Bel-Air illuminée par des images d'archive de la RTS L'immeuble lausannois a servi d'écran à des images d'archive, le 26 octobre 2013.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.