Des animateurs furibards contre la Municipalité

VaudLes professionnels de l’animation socioculturelle ont manifesté mercredi à Lausanne contre la menace de municipalisation de leur activité dans les quartiers.

Les animateurs ont préparé soupe et vin chaud avant de mettre en scène l'«enterrement» de l'animation socioculturelle lausannoise.

Les animateurs ont préparé soupe et vin chaud avant de mettre en scène l'«enterrement» de l'animation socioculturelle lausannoise. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nouvelle est tombée comme une douche froide le 29 novembre, lorsque la Municipalité de Lausanne et la FASL ont annoncé l’échec des pourparlers sur l’avenir de l’animation socioculturelle. Durant plus d’un an, les acteurs de la Fondation pour l'animation socioculturelle lausannoise avaient tenté de trouver une formule de gouvernance capable de rencontrer les besoins du terrain et de satisfaire les exigences de l’autorité de financement, la Ville de Lausanne. Las, aucun accord n’a pu être conclu. La Municipalité évoque aujourd’hui à mots couverts la suppression de la FASL et l’intégration complète du secteur socioculturel dans un service municipal.

Mercredi, les animateurs ont manifesté leur colère sur la Riponne, où ils avaient monté deux stands et conduit des animations l’après-midi, jusqu’en soirée, sous la pluie glacée. Des prises de parole ont également été tenues, en lien avec une pétition qui demande que le processus de municipalisation ne soit pas enclenché.

«La Ville a ses propres besoins et son calendrier politique»

Pour Carole Gachoud, animatrice à l’Espace 44, aux Bergières, une reprise en main complète par la Municipalité ne peut pas fonctionner. «La Ville a ses propres besoins et son calendrier politique, argumente-t-elle. Les animateurs, eux, s’intéressent directement à leur quartier et il ne peut pas y avoir une réponse uniformisée. Les réponses sont différentes selon chaque quartier.» Dans leur pétition, les animateurs demandent aux autorités de respecter le «droit à l’autodétermination de la FASL, des associations (ndlr: de quartier) et des professionnel·le·s».

Le débat rebondira très prochainement au Conseil communal, où une interpellation urgente des Verts a été déposée. Ils demandent des explications sur le désaccord entre Municipalité et FASL. Les élus s’interrogent aussi sur la possible perspective d’uniformiser les prestations d’animation sur l’ensemble des quartiers, ce qui, disent-ils, pourrait être néfaste.

Créé: 11.12.2019, 22h39

Articles en relation

Lausanne met la main sur l’animation socioculturelle

Vaud Contrainte de modifier ses statuts, l’animation des quartiers a passé un an à se redéfinir. Mais aucun accord n’a abouti. Plus...

L’impossible ré-animation de la politique socioculturelle

L'invitée Latha Heiniger commente la récente décision de la Ville de Lausanne de «municipaliser» son animation socioculturelle. Plus...

L'animation des quartiers en chantier

Etude Deux évaluations ont analysé la politique d’animation socioculturelle de la Ville. Il y a beaucoup à faire. Plus...

Au creux du Vallon, la rue devient aussi un terrain de jeu

Quartiers lausannois (1/5) Dans le sillage des débats sur l’animation socioculturelle, «24 heures» s’est rendu dans les quartiers. Aujourd’hui, l’ambiance particulière d’un coin de ville où se côtoient des gens très différents. Plus...

L'Espace 44 où s'égaillent les élèves des Bergières

Quartiers lausannois (2/5) Dans le sillage des débats sur l’animation socioculturelle, «24 heures» s’est rendu dans les quartiers. Aujourd’hui, la pause des élèves qui s’éclatent avant la reprise des cours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...