Des commerces se réinventent pour survivre

ÉconomieFortement impactés par la pandémie du nouveau coronavirus, des établissements essaient de faire face tout en respectant les consignes des autorités.

Dany et Alexandre, le patron du Loft à Pully, posent dans le restaurant transformé en épicerie fine.

Dany et Alexandre, le patron du Loft à Pully, posent dans le restaurant transformé en épicerie fine. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La pandémie du nouveau coronavirus affecte tous les pans de l’économie. Et les commerçants «non essentiels aux besoins de la population» qui ont dû fermer boutique tentent de faire face. Dans la restauration, de nombreux établissements vaudois se sont mis à faire de la vente à l’emporter pour maintenir un semblant de lien avec les habitués et pour limiter la casse. C’est le cas du MGM Café et du Tirol à Lausanne, du Bœuf Rouge à Crassier ou encore de l’Étrier à La Tour-de-Peilz. Les exemples ne manquent pas et la liste n’est pas exhaustive. Si certains proposent aussi des livraisons à domicile, d’autres vont encore plus loin, à l’instar du restaurant La Jessicote, dans la zone industrielle La Palaz, à Payerne, qui a mis sur pied un véritable drive-in.

«Les clients ne rentrent plus du tout dans le restaurant, explique Jessica Di Matteo, patronne de l’établissement broyard. Ils ne sont même pas obligés de sortir de leur voiture pour récupérer leurs commandes, puisqu’elles sont posées sur une table à la hauteur des fenêtres.» Au menu: des classiques de la cuisine italienne et des poulets rôtis. «On est plombés par la situation et, comme tout le monde, on essaie de rebondir», reprend-elle.

Autre exemple, à Pully, où le restaurant Le Loft se transforme en petite épicerie fine. «Nous vendons des plats faits maison à réchauffer chez soi, que nous mettons dans des bocaux stérilisés, des huiles et différents produits du Moulin de Sévery, des vins et des alcools comme du rhum artisanal», énumère Alexandre, propriétaire des lieux. L’établissement branché rouvrira ses portes ce vendredi. Il accueillera des clients du lundi au vendredi de 11h à 14h et de 19h à 22h. «Nous veillerons à ce que la distance sociale soit respectée, et tout sera vendu à l’emporter, y compris les cafés et les bières. Pas question de boire un petit verre avant de partir», prévient-il en souriant. En outre, avec Dany, un pizzaïolo, il compte mettre prochainement en place un service de vente à l’emporter et de livraison à domicile.

Les hôteliers aussi ne manquent pas d’imagination. À Lausanne, Susan Sax, présidente de GastroLausanne et directrice de l’Hôtel Regina notamment, a transformé les chambres de l’établissement en espaces individuels de travail. «On innove et on cherche des solutions différentes, dit-elle au téléphone. J’ai eu cette idée la semaine dernière. Je me suis dit: on propose une superconnexion internet et des appels gratuits sur tous les numéros suisses, ça peut le faire.» Pour l’heure, l’Hôtel Regina n’a reçu aucune réservation pour sa nouvelle offre. Mais sa patronne y croit. «Il n’est pas toujours évident de télétravailler avec des enfants à côté de soi, argumente-t-elle. Les clients peuvent bénéficier d’un service quotidien de nettoyage et toutes les pièces seront à chaque fois désinfectées avant leur arrivée.»

Du côté du Centre Patronal, on répète les recommandations. «Nous avons appelé à la solidarité de toute la chaîne économique et à l’inventivité, commente Patrick Éperon, responsable médias. Ce sont toutes d’excellentes idées, mais il va falloir suivre à la lettre les décisions des autorités au fur et à mesure, et encore s’adapter.»

Créé: 19.03.2020, 18h12

Articles en relation

La Ville de Lausanne renonce à ses loyers commerciaux et lance une hotline

Coronavirus Les autorités n'encaisseront pas leurs loyers commerciaux et ceux de leurs établissements publics. Les personnes âgées auront par ailleurs leur hotline. Plus...

Des chantiers ferment dans une forte tension

Vaud Les chantiers de l'Etat et de la Ville de Lausanne s'arrêtent, de même que ceux de Nicod et Orllati. D'autres ont provoqué de la colère. Plus...

A Lausanne, service minimal pour l'administration

Coronavirus L'administration communale et ses 5400 employés met en oeuvre son «plan de continuité». Télétravail, polyvalence et fermetures sont les maîtres mots. Plus...

Orphelin de Riponne, il monte son stand devant chez lui

Plan B À la demande de ses clients, François Willen a décidé de vendre ses fromages deux fois par semaine devant son domicile au Mont. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.