Des savons un peu trop appétissants

CosmétiqueCinq cosmétiques de la société Lush, considérés comme trop tentant pour les enfants gourmands ont été séquestrés. Le Tribunal fédéral devra décider si l'interdiction est légitime.

La boutique Lush de Lausanne privée de cinq produits considérés comme trop tentants pour les bambins gourmands.

La boutique Lush de Lausanne privée de cinq produits considérés comme trop tentants pour les bambins gourmands. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lush est une société qui cultive la similitude de l'apparence de ses cosmétiques avec des produits alimentaires. Fondée en 1994, cette entreprise britannique exploite près de 900 magasins dans une cinquantaine de pays, dont une quinzaine en Suisse.

Visite inattendue

L'univers envoûtant de senteurs parfumées qui règne dans le magasin situé à la place de la Palud, à Lausanne, a été quelque peu perturbé par la visite d'un contrôleur à l'inspection cantonale des denrées alimentaires.

Que venait faire un inspecteur des denrées alimentaires en ce lieu exclusivement dédié aux cosmétiques de toutes les formes et de toutes les couleurs? Il venait prélever cinq échantillons de produits de bain et de savon aux noms plus appétissants les uns que les autres pour un consommateur standard, mais plutôt dangereux pour le fonctionnaire au service du chimiste cantonal.

Mignons à croquer

Quelques jours plus tard, le stock entier de "Petit gâteau de marshmallow", "Fondant décoré", "Gâteau comme par magie", "Miel en tranche" et de "Gâteau de canne à sucre" est séquestré. Considéré comme non conforme à la législation fédérale sur les "denrées alimentaires et les objets usuels", Lush ne pourra protester qu'en vain. Le Tribunal cantonal vient de confirmer le retrait de la vente, au motif qu'«il n’est pas du tout exclu qu’un enfant en bas âge puisse, de manière accidentelle, porter à la bouche l’un ou l’autre de ces produits, le confondant avec un gâteau», selon le chimiste cantonal.

Mignons à croquer et dotés d’odeurs, d’arômes et de saveurs entrant dans la composition de pièces sucrées, ces cosmétiques représenteraient un danger pour la santé, par intoxication ou par étouffement, selon un pédiatre du CHUV. Malgré des rapports médicaux produits par Lush, concluant que ce n'est pas le cas, le tribunal affirme que le risque "ne saurait être nié". Et de relever que, selon le Centre suisse d’informations toxicologiques, 86% des 1585 cas dus à des cosmétiques ou à des articles de toilette concernaient des enfants.

Recours attendu

Un avocat genevois a été chargé de préparer un recours devant le Tribunal fédéral. Avec notamment pour argument que l’adhésion de la Suisse au principe du Cassis de Dijon, considéré comme un pilier fondamental des échanges économiques dans la communauté européenne, implique que tout produit fabriqué et commercialisé dans un Etat membre doit être admis tel qu’il est. Sauf si des intérêts prépondérants s’y opposent, comme, par exemple, la protection de la vie ou de la santé humaine. Et c’est là en l’occurrence que, pour la justice vaudoise, le bât blesse. Elle se réfère à la loi fédérale sur les denrées alimentaires, dont la compétence d’exécution appartient aussi aux cantons.

(24 heures)

Créé: 16.11.2012, 07h22

L'un des produits séquestrés par le chimiste cantonal. (Image: Philippe Maeder)

Séquestré

Les pains moussants «Comme par magie» figurent parmi les cinq produits séquestrés. Ils peuvent revêtir différentes couleurs car ils sont confectionnés à la main. Ils sont parfumés avec un mélange d’huiles essentielles, «afin de vous transformer en une personne gaie et charmante». L’arôme est quant à lui composé à partir de bergamote, de citron et de mandarine avec, en plus, de l’absolu de fleur d’oranger. Plus tout de même quelques composants détergents usuels.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...