Elle a habité le même château que David Bowie

LausanneDomiciliée dans une ferme du Gros-de-Vaud, Marceline Agassis-Cloux se souvient de ses jeunes années au «merveilleux château du Signal», à Sauvabelin

Depuis 1993, Marceline vit seule dans sa ferme de Bavois, sans jamais perdre le sourire.

Depuis 1993, Marceline vit seule dans sa ferme de Bavois, sans jamais perdre le sourire. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bien avant le chanteur David Bowie, Marceline, elle aussi, a habité l’immense demeure des hauts de Lausanne, et elle s’en souvient comme si c’était hier. «Mon papa, Henri Cloux, tenait le bureau du garage du Grand-Pont. Il s’y était lié d’amitié avec un certain M. Rieder, qui exploitait le funiculaire qui reliait le centre de Lausanne et le Signal de Sauvabelin. Ce monsieur était le propriétaire du château, loué à l’époque à une richissime comtesse brésilienne.»

Par gentillesse, et sans doute par intérêt, M. Rieder, dont Marceline ne se souvient plus du prénom(c’est absolument rare!), propose à la famille Cloux de s’y installer. «Une fois terminé son travail au garage, papa faisait le jardinier, apprenait le français à Charles et Amédée, les deux fils de la comtesse Olympia de Sautello, et le dimanche, conduisait toute la famille, qui comptait encore deux filles, Alice et Pimpinette, à la messe en Valais.»

Le faste des fêtes
«La comtesse organisait des fêtes magnifiques, auxquelles j’avais le droit d’assister malgré mon jeune âge, raconte Marceline, le regard brillant. J’étais la seule, d’ailleurs, à pouvoir emprunter le grand escalier blanc pour monter dans les étages. Avant de quitter la Suisse, sentant que l’entente entre mes parents n’était plus très bonne, l’une des filles de la comtesse, Pimpinette, qui venait d’apprendre qu’elle ne pourrait jamais avoir d’enfants, leur a proposé de m’adopter. »

Au début des années 30, le rêve prend fin. Les Cloux refusent de se séparer de leur fille, les Sautello rentrent au Brésil, où ils possèdent des plantations de café, et Marie, la maman de Marceline, force son mari à rejeter l’offre de M. Rieder de continuer à habiter le château du Signal. (24 heures)

Créé: 15.04.2013, 15h04

Le Château de Signal a accueilli des fêtes fastueuses. (Image: Sabine Papilloud)

Marceline lit son poème


Mélancolie, par son auteure.

Vidéo: Odile Meylan

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.