Feu vert pour un petit bout de tram

RenensLes TL ont obtenu du Tribunal fédéral de pouvoir lancer leur chantier du côté de la gare de Renens. Pour le reste du tracé, la décision se fait encore attendre

La future place de la gare de Renens, côté Nord.

La future place de la gare de Renens, côté Nord. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Transports publics lausannois (TL) ont obtenu une petite victoire. Ils ont en effet l’autorisation de commencer les travaux du tram censé relier la gare de Renens à la place de l’Europe, à Lausanne.

Comme souvent dans ce dossier, c’est une notion juridique et un peu technique qui explique ce fait. À savoir une levée partielle de l’effet suspensif. On l’a écrit à de nombreuses reprises, le projet de tramway, autrefois annoncé pour une mise en service en 2015, est empêtré dans des procédures judiciaires. Des opposants très déterminés réclament une modification du projet du côté du Flon. La route qui y est projetée entre la rue de la Vigie et l’avenue Jules-Gonin, à Lausanne, vendue comme une compensation à la fermeture au trafic automobile du Grand-Pont et d’une partie de la rue de Genève ne passe pas. Tout comme le défrichage de la petite forêt que ce barreau routier devrait entraîner.

En février dernier, le Tribunal administratif fédéral (TAF) jugeait que cette route n’avait pas sa place dans la procédure en cours, qui vise à autoriser la construction du tram (et de tout un ensemble d’autres choses, notamment les bus à haut niveau de service). Et même si la cour validait par la même occasion le projet de tram dans son ensemble, les travaux ne peuvent pas débuter. En effet, les opposants ont fait recours auprès du Tribunal fédéral. Conséquence: le fameux effet suspensif était déclenché, qui empêche le moindre coup de pioche.

Alors, en avril dernier, dans la foulée, ce sont les TL qui déposaient, en plus de leur recours, une «opposition partielle à l’effet suspensif». Le but: pouvoir commencer leurs travaux loin de la forêt du Flon, du côté de la gare de Renens. Ils ont donc obtenu gain de cause courant mai.

«C'est un démarrage en douceur, mais il permet tout de même des choses»

«Nous sommes très contents, parce que cela ouvre la voie à la préparation des travaux, dit Samuel Barbou, chef de projet aux TL. C’est un démarrage en douceur, mais il permet tout de même des choses!» Est-ce dire que la partie est gagnée et que le Tribunal fédéral rendra bientôt une décision positive pour la construction du tram dans sa version actuelle? Impossible de le dire. Il y a aussi de fortes chances pour que la plus Haute Cour confirme le jugement du TAF et le vice de forme qu’il avait décelé. «Nous ne tirons aucune conclusion et nous attendons le verdict», lâche Samuel Barbou. Des études d’exécution peuvent être lancées à l’avenue du 14-Avril. Alors qu’au nord de la place de la Gare, à Renens, c’est tout un projet qui se trouve débloqué. La gare, en chantier depuis plusieurs années, attendait cette décision pour pouvoir passer un cap décisif dans sa mutation. À savoir, pour les communes de Renens, d’Écublens, de Chavannes-près-Renens et de Crissier, obtenir la permission d’achever la construction de leur passerelle au-dessus des voies.

«Tout est enchevêtré»
À l’heure actuelle, un de ses quatre piliers est déjà ancré au quai 3, alors que celui qui prendra racine du côté du M1 sera construit dès cet été. Il restera ensuite deux piliers à dresser, l’an prochain. Et enfin la pose de la passerelle de mobilité douce, «en 2021», estime Tinetta Maystre, municipale de l’Urbanisme à Renens. Elle poursuit: «Il faut voir que tout est enchevêtré dans ce secteur: les CFF modernisent leurs infrastructures (quais et voies), les TL ont le projet de tram mais aussi de nouveau terminus du M1 et nous avons notre passerelle. Mais elle dépend des autorisations liées au tram. Alors nous sommes vraiment très soulagés de pouvoir avancer sans devoir trouver de plan B.»

Les TL devront notamment se charger de détruire deux bâtiments du bord des voies: l’ancien bistrot Le Terminus et un autre édifice adjacent. (24 heures)

Créé: 26.06.2018, 21h26

Articles en relation

La Gare de Renens mue à vitesse grand V

Infrastructures Alors que le passage sous-voie s’est mué en galerie marchande, visite dans la mécanique fine d’un chantier CFF à 177 millions. Plus...

Le tram est miné par son héritage politique

Lausanne - Renens Empêtrée dans des procédures judiciaires, l’infrastructure est à l’arrêt. On accuse la classe politique des années 2000 d’avoir manqué de vista et d’avoir été trop «mégalo». Plus...

La rampe qui se dresse sur la route du tram

Lausanne-Renens Le Tribunal administratif fédéral donne un coup d’arrêt à la rampe Vigie-Gonin mais ne conteste pas sa nécessité. Conséquence: le tram Lausanne-Renens prend encore du retard. Plus...

Le tram à nouveau au cœur des débats des élus lausannois

Politique Interprétation de texte, mardi soir, au Conseil communal de Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.