«Il est faux de parler de sexisme et de harcèlement dans cette affaire»

LausanneLe Département de la formation regrette que l’enseignant s’oppose à la publication du rapport d'enquête. L’intéressé s’explique.

La controverse a éclaté en mars au Gymnase Auguste-Piccard, à Lausanne. Un groupe de neuf gymnasiennes a accusé un prof d'avoir tenu des propos sexistes. Il a été licencié avec effet immédiat le 29 juillet.

La controverse a éclaté en mars au Gymnase Auguste-Piccard, à Lausanne. Un groupe de neuf gymnasiennes a accusé un prof d'avoir tenu des propos sexistes. Il a été licencié avec effet immédiat le 29 juillet. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Licencié le 29 juillet dernier avec effet immédiat, à 58 ans et après 30 ans de carrière, le professeur de français du gymnase Auguste Piccard a saisi la justice, «très impatient de se justifier face à l’opinion».

En attendant la tenue de ce procès, le Département de la formation de la jeunesse et de la culture (DFJC) indique ce mardi dans une note à la presse que le rapport d’enquête qui a motivé sa décision ne sera pas rendu public.

Plusieurs médias, dont «24 heures», avaient demandé à pouvoir consulter ce document de 43 pages, résultat de l’enquête administrative conduite entre avril et juin par François Meylan, ancien juge cantonal. Le DFJC explique pourquoi il ne pourra accéder à ces requêtes, en vertu de la procédure légale applicable en cas de demande de transmission d’informations: «L’enseignant concerné s’oppose à ce que tout ou partie du contenu de ce rapport soit rendu public.» Le DFJC déclare en outre qu’il aurait souhaité cette publication «pour rendre possible une information transparente concernant cette affaire.»

Contacté par téléphone, l’enseignant justifie sa position: «Mes mandataires et moi-même ne souhaitons pas que l’on débatte des détails du rapport Meylan sur la place publique, afin que le Tribunal puisse faire son travail en toute sérénité sur une pièce essentielle au dossier sans avoir à souffrir d’aucune influence extérieure.»

Le maître de gymnase réaffirme sa stupéfaction: «Selon nous, le rapport Meylan ne pouvait aboutir qu’à un avertissement. Il est faux de dire autre chose à son propos en l’état. Nous ne comprenons pas comment le Département parvient à prononcer un licenciement avec effet immédiat. En outre, selon les conclusions du rapport, il est faux de parler de sexisme et de harcèlement dans cette affaire en m’attribuant plus ou moins directement ces qualificatifs.»

Créé: 27.08.2019, 17h27

Articles en relation

«J’ai été viré à cause des mots crus d’une auteure»

Lausanne L’étude en classe d’un livre de Virginie Despentes, contenant des termes sexuels, aurait provoqué le licenciement avec effet immédiat d’un maître du Gymnase Auguste-Piccard. Plus...

«Cet article de loi est une arme létale pour les enseignants»

Crise au Gymnase Auguste-Piccard Le syndicat Sud veut biffer le texte qui permet le licenciement avec effet immédiat en cas de rupture du lien de confiance. Plus...

Gymnase en crise: l’affaire du prof mis à pied s'envenime

Formation Le syndicat SUD crie à la «brutalité administrative», 60 élèves écrivent à Cesla Amarelle pour défendre leur maître «injustement traité». Plus...

Émoi au gymnase après la mise à pied d’un enseignant

Formation Dans une lettre, l’assemblée des maîtres du gymnase Auguste-Piccard déplore la façon autoritaire avec laquelle le Département a agi dans cette affaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...