L’affectation d’une parcelle fait fermer un restaurant à Mex

Gros-de-VaudInstallée dans une zone sportive, la Maison thaïe s’est vu refuser le renouvellement de sa patente.

Alain Giupponi et son épouse ne pourront plus ravir leurs clients avec leurs recettes thaïes.

Alain Giupponi et son épouse ne pourront plus ravir leurs clients avec leurs recettes thaïes. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Allô? Non Madame, désolé, le restaurant est fermé.» Depuis le 1er janvier, les responsables du restaurant la Maison Thaï à Mex répètent la même rengaine lorsque le téléphone sonne. Et il sonne souvent: sept fois durant la demi-heure que nous avons passée sur place mardi. Le restaurant ne devrait pourtant pas rouvrir de sitôt. En cause, une ubuesque histoire d’affectation de parcelle.

«Je suis fatigué, soupire le patron, Alain Giupponi. Je suis pris en otage: je ne peux plus travailler, mais pas partir non plus.» Le fonctionnement de son établissement n’est pas en cause – les demandes de réservations qui se succèdent un mois après la fermeture en attestent – mais son permis d’exploiter n’a pas été renouvelé par la police du commerce, suite à un préavis défavorable de la Municipalité.

«Nous regrettons de perdre un restaurant qui marchait bien et où nous allions manger avec plaisir, déplore d’emblée le syndic, Gregory Wyss. Mais après tant d’autorisations délivrées sur la base de projets mal ficelés et de promesses non tenues, il faut savoir dire stop!»

Parcelle sportive
Nœud du problème: la parcelle est classée en zone sportive. L’exploitation d’un restaurant ne peut donc se faire qu’au sein d’un équipement sportif, ce qui n’est plus le cas depuis de nombreuses années. Et aucun des nombreux projets évoqués pour justifier l’autorisation d’exploiter (centre de remise en forme, école de cirque, centre équestre…) ne s’est jamais concrétisé.

Le début du feuilleton remonte à la fin des années 1960, lorsque quatre banques décident de construire ensemble un centre sportif. La Commune établit alors un plan partiel d’affectation (PPA) pour une zone sportive, puis un complexe est bâti avec terrains de foot, de basket et courts de tennis.

À l’aube des années 2000, les 45'000 m2 de la parcelle sont rachetés par la BCV. La zone est sérieusement envisagée pour accueillir le futur Centre mondial du cyclisme, mais il s’installera finalement à Aigle. Suite à cet échec, la parcelle est revendue à un privé, Alain Wicki. «Je l’avais achetée en pensant qu’elle allait assurer mon avenir, soupire ce dernier. Mais aujourd’hui, je me retrouve à devoir payer pour me défendre sans plus avoir de revenus.»

Bloqués
Depuis le choix d’Aigle, rien n’a en effet bougé à Mex. Pire, certaines infrastructures ont été démontées et les bâtiments restants auraient besoin d’une rénovation en profondeur. Mais la situation est désormais totalement bloquée par une multitude de procédures réciproques lancées entre la Commune, le propriétaire du terrain et l’exploitant du restaurant.

«Depuis mon arrivée ici en 2012, j’ai été obligé de payer de ma poche des travaux urgents à réaliser sur les bâtiments et qui auraient dû être financés par le propriétaire. J’ai donc fini par faire consigner mon loyer», se justifie le patron de la Maison Thaï. «Comme je ne touche plus de loyer de la part de M. Giupponi, j’ai été obligé de résilier son bail, explique de son côté Alain Wicki. Mais le gros problème, c’est que depuis quinze ans que je suis propriétaire, malgré les dizaines de projets présentés, rien ne convient jamais, ni au locataire ni à la Municipalité. C’est à se demander s’ils ne font pas exprès de m’empêcher d’avancer.» Le syndic s’en défend farouchement: «Nous serions au contraire très heureux qu’un projet solide voie enfin le jour sur cette parcelle.»

L’aboutissement d’un projet conforme à l’affectation de la parcelle, ou alors la modification du PPA, sont les seules issues possibles à la situation actuelle. Mais toutes deux prendront du temps. Seule certitude pour l’heure, le téléphone de la Maison Thaï va donc continuer de sonner dans le vide. (24 heures)

Créé: 02.02.2018, 16h57

Articles en relation

La police fait sauter l'amende du tuk-tuk

Lausanne Le patron de la Maison Thaï, à l’ancienne Voile d’Or, n’aura pas à payer pour le véhicule qui décore son restaurant depuis trois mois. Plus...

La police colle un tuk-tuk décoratif en plein resto

Lausanne Le patron de la Maison Thaï, dans l’ancienne Voile d’Or, dénonce un harcèlement de la part des forces de l’ordre, qui auraient l’amende trop facile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.