L'immeuble emblématique à l'entrée du Vallon est transfiguré

LausanneL’édifice historique accueille depuis un mois des locataires d’un genre nouveau, tous membres d'une coopérative d'habitation

Le bâtiment sis à la rue de l'Industrie 6, accolé aux Anciens Magasins de la Ville, a été entièrement rénové par une petite coopérative d'habitation.
Vidéo: Natacha Rossel

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’entrée du quartier du Vallon est méconnaissable. Le bâtiment d’angle accolé aux Anciens Magasins de la Ville a fait peau neuve. Du pittoresque immeuble décati occupé par des artistes, migrants, étudiants et marginaux, il ne subsiste guère que l’enveloppe et la cage d’escalier. Les nouveaux locataires de la rue de l’Industrie 6 sont architectes, médecins ou décorateurs.

Tous sont membres de la Coopérative d’habitation i6, fondée expressément pour rénover et investir l’édifice historique sis au numéro 6 de la rue de l’Industrie. Cinq ans après avoir remporté l’appel d’offres lancé par la Ville, ils viennent de prendre possession des lieux. C’est tous ensemble, à coups d’assemblées générales et de votes, qu’ils ont dessiné leur nouveau cadre de vie.

«Des privilégiés»

Alors, heureux? «C’est agréable, oui. On partage la même aventure depuis des années, donc le contact entre voisins est forcément plus étroit qu’ailleurs», sourient Paola Guerra et Raphaël Burkhardt, couple enthousiaste de locataires.

«L’ambiance est chaleureuse et conviviale et le quartier très vivant, abonde Claire, jeune médecin. On parle beaucoup de notre démarche autour de nous et c’est vrai qu’on a le sentiment d’être des privilégiés.»

Ce bâtiment, édifié en 1887 par un particulier, accueillait à l’origine des logements ouvriers. Leur nombre a été réduit de 12 à 8 en vue d’intégrer des salles de bains privatives, autrefois sur le palier. Deux appartements ont vu le jour dans les combles. Les locaux commerciaux abandonnés au rez-de-chaussée hébergent désormais un bureau d’architecture et une chapelle.

Olivier Rochat a pris ses quartiers au deuxième étage avec sa famille. «Nous avons voulu respecter la valeur patrimoniale de ce bâtiment en retrouvant les teintes d’origine de la façade et en conservant la cage d’escalier, détaille l’architecte. La transformation s’est voulue non ostentatoire pour redonner une dignité à cet édifice tout en gardant l’esprit humble d’un immeuble ouvrier. Là où d’autres auraient investi de l’argent, les membres de la coopérative ont investi du temps, bénévolement.»

Pas de luxe

Dans les intérieurs, point de matériau noble ni d’audaces design. Les logements, simples et spacieux, sont tous pourvus des mêmes équipements. Seule touche personnelle: les habitants ont pu choisir entre diverses teintes pour la cuisine ou le plancher.

L’esprit se veut aux antipodes de celui d’une PPE. «C’est une logique qui n’est pas individualiste, explique Nicolas Lemmin, architecte. Comme tous les coopérateurs ont une voix, tout le monde peut donner son avis. Nous sommes des membres avec des parts sociales. Le bien est la propriété de la coopérative avant d’être le nôtre.»

Les coopératives d’habitation, structures plus modestes que les traditionnelles coopératives d’habitants, ont le vent en poupe. La Ville encourage ces initiatives privées en vue de lutter contre la pénurie de logements et la flambée du prix des loyers. En cédant des bâtiments vétustes à des coopératives à but non lucratif, les autorités conservent la maîtrise foncière tout en garantissant des loyers raisonnables. Surtout, elles ne déboursent pas un centime pour les travaux.

Présent le 31 mars dernier lors de l’inauguration de l’immeuble, le syndic Grégoire Junod a salué «une belle réussite» et «un bâtiment splendide qui contribue à revaloriser le quartier».

D’autres rénovations suivront au Vallon, a rappelé l’élu. «Ce quartier, qui n’a pas toujours été privilégié, a ses racines mais se modernise. Il faut lui conserver son petit supplément d’âme et son énergie.»

Créé: 04.04.2017, 07h37

Articles en relation

Des privés vont restaurer un bâtiment emblématique du Vallon

Lausanne Une coopérative d'habitation financera la rénovation d'un immeuble de 1887, accolé aux Anciens Magasins de la Ville. Plus...

Une coopérative rénovera un immeuble de la Ville

Lausanne La Commune accorde un droit de superficie à la SCHL, qui procédera à des travaux à la route de Berne 7. Le PLR souhaite que ce genre d’opération se multiplie. Plus...

Spéculation interdite

Désireuse de réhabiliter cet édifice de 1887 accolé aux Anciens Magasins de la Ville, la Commune de Lausanne décide de céder l’édifice via l’octroi d’un droit de superficie.

En 2012, la Coopérative d’habitation i6 remporte l’appel d’offres et acquiert le bâtiment pour 300'000 francs. Ses membres financeront les travaux, devisés à plus de 3 millions de francs. La coopérative dispose d’un droit de superficie pendant 90 ans. Le terrain reste propriété
de la Commune.

La coopérative poursuit un but non lucratif. Les loyers, soustraits à la spéculation immobilière, sont calculés de façon à couvrir les charges.

Chaque membre a acheté des parts correspondant à la taille de son appartement. Le loyer pour un 4,5 pièces est d’environ 2000 francs.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.