La position des communes sur Uber indigne Unia

PolémiqueLa reconnaissance de la société comme centrale d’appel révolte le syndicat. Il dénonce «un blanc-seing totalement irresponsable».

Uber est considéré comme un central d'appel et non comme un service de transports. Une décision vivement critiquée par Unia.

Uber est considéré comme un central d'appel et non comme un service de transports. Une décision vivement critiquée par Unia. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mardi, l’Association de communes de la région lausannoise pour la réglementation du service des taxis annonçait reconnaître la société Uber en tant que centrale d’appels. Une décision qui n’a pas tardé à faire bondir le syndicat Unia, ce dernier réagissant vivement dans un communiqué publié jeudi. «La reconnaissance d’une centrale d’appels dont le siège est à l’étranger ouvre aujourd’hui la porte du marché lausannois à tous les acteurs internationaux, sans aucun moyen de contrôle. Pis, elle accorde un blanc-seing à une société qui ne respecte pas, et ce de manière récurrente, le cadre légal en vigueur dans notre pays», attaque Unia. La décision est ainsi jugée «totalement irresponsable» et assortie d’une «communication d’une naïveté déconcertante».

En clair, cette décision permet à Uber de distribuer des courses dans l’arrondissement concerné aux chauffeurs détenteurs d’une autorisation d’exercer. Sachant que, depuis le mois de février, les conditions d’obtention ont été allégées, une soixantaine de chauffeurs viennent de la décrocher. De leur côté, les 250 détenteurs de concessions restent obligés de s’affilier à Taxi Services.

«Qu’Uber s’enregistre ainsi est le fruit d’une lutte de plusieurs années de la part de tous les acteurs qui lui étaient opposés, pour lui imposer un certain nombre de contraintes»

Mardi, l’Association de communes préférait saluer la demande d’enregistrement de la société américaine en tant que centrale d’appels, car elle «confirme la volonté d’Uber de vouloir coopérer avec les autorités, intention qui s’est exprimée préalablement par la cessation de l’activité UberPop». «Qu’Uber s’enregistre ainsi est le fruit d’une lutte de plusieurs années de la part de tous les acteurs qui lui étaient opposés, pour lui imposer un certain nombre de contraintes, répond le municipal lausannois Pierre-Antoine Hildbrand, par ailleurs président du comité de direction de l’association. La cessation de l’activité UberPop et cet enregistrement sont à mettre à notre crédit, car la société entre ainsi dans la légalité. Nous pourrons désormais mener des contrôles et obtenir des informations sur les chauffeurs.»

«Cette décision semble être une erreur incroyable, oppose Umberto Bandiera, secrétaire syndical Transport & Logistique Suisse romande chez Unia. D’un côté, Philippe Leuba se prononce sur le sujet pour défendre une concurrence loyale; de l’autre, l’Association de communes prend des décisions à l’opposé.» Le syndicat s’agace: «Dans un marché où la pression sur les salaires est d’une violence inégalée, les employés sont en droit d’attendre que les collectivités publiques veillent à ce que les entreprises actives sur ce marché respectent les législations en vigueur.»

Finalement, Unia s’étonne de cette décision alors qu’une loi cantonale pourrait être soumise au Grand Conseil cette année. «Nous avons appris les choses par voie de presse, sans même être consultés. Sincèrement, on ne comprend pas», lance Yves Defferrard, cosecrétaire régional d’Unia Vaud. «Je trouve ces critiques malvenues, car elles devraient s’adresser à d’autres niveaux législatifs. Cette agitation fait abstraction du cadre légal actuel», réplique Pierre-Antoine Hildbrand. Le syndicat demande à rencontrer le comité de direction de l’Association. (24 heures)

Créé: 03.05.2018, 20h45

Articles en relation

Hildbrand accusé de brader le service des taxis

Lausanne Depuis février, il est plus facile de décrocher le carnet de conducteur indispensable à la profession. «Une voie royale pour Uber», dénoncent certains. Plus...

Uber renonce aux chauffeurs amateurs

Transport Les récents changements de loi sur Vaud et Genève ont poussé l’entreprise d’origine américaine à faire ce pas. Plus...

Nouvelle parade pour lutter contre UberPop à Lausanne

Transport Les chauffeurs «amateurs» d’Uber pourront obtenir le permis pros plus facilement. Plus...

Uber sous pression syndicale en Suisse

Transport Les CFF confirment ne plus vouloir collaborer avec la société américaine. La Poste pourrait s’adapter le temps voulu Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.