La relève se cache à Panex pour pouponner

L'Esprit des lieuxCe petit village attire une nouvelle population de jeunes à la recherche de calme et de convivialité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ceux du village d’en dessous, pour plaisanter, disent que les gens vont à Panex pour s’y cacher. «A l’époque, il n’y avait pas de GPS, alors quand on voulait être tranquille, on montait à Panex et personne ne nous retrouvait», raconte avec son accent vaudois un vigneron de Plan-d’Essert. Les anciens montagnards faisaient le chemin à la force de leurs mollets. Il leur fallait plus d’une heure pour remonter la route sinueuse depuis Ollon.

Mais le temps de l’autarcie est révolu et les petits agriculteurs ont fait place aux jeunes amoureux des cathédrales de sapins et d’épicéas.

Minipic démographique

Blotti entre un troupeau de vaches et la forêt, Panex fait face aux montagnes, dans un semi-cul-de-sac, loin de la circulation. Dernièrement, les habitants de Panex ont été témoins d’un minipic démographique. «Il y a une trentaine d’enfants», déclare Anne-Catherine Duquette, de la maison d’hôtes Les Palines.

C’est en voiture que les jeunes parents font les allers-retours entre le haut et le bas. «Je les appelle les pendulaires», plaisante Steve Cuttelod. Ce jeune charpentier s’est installé avec sa famille dans son village d’origine. «Je cultive un jardin, en ce moment. On vend des courges et j’ai même un poulailler.».Son père, Philippe Cuttelod, est un des deux derniers agriculteurs du village.

«Les gens sont 100% fun. Ils s’intéressent à tout le monde. Nous sommes très entourés.»

Avec l’arrivée des jeunes à Panex, les vaches à cornes commencent à regarder passer les vélos électriques. «Cela me permet de faire une coupure entre le travail en bas et la maison en haut», explique Sandra Vinet. Arrivée il y a deux ans alors qu’elle était enceinte de son 2e enfant, cette professeure de yoga représente la nouvelle génération de jeunes, venus pouponner à Panex. «Les gens sont 100% fun. Ils s’intéressent à tout le monde. Nous sommes très entourés, déclare-t-elle avec un léger accent québécois. Ce que j’aime ici, c’est toutes les promenades que tu peux faire à travers la forêt»; l’une d’elles, Le Sentier du Sel, parcourt l’histoire de l’exploitation des mines de sel à Panex.

Des mineurs aux «bastringues»

«Les sources salées, ici, ont été découvertes avant les salines de Bex!» s’exclame Marcel Moillen, le garde forestier. La maison de Salins, sur les hauts du village est un des derniers vestiges du passé industriel de Panex. Sans oublier l’immense caverne souterraine, aujourd’hui hors d’usage, taillée à la main pour conserver l’eau salée. La maison de Salins n’accueille plus les mineurs, mais les gens peuvent la louer pour y faire leurs bastringues, comme en témoignent le livre d’or et les oreilles de certains habitants de Leysin, en face.

Depuis trois ans, une famille de restaurateurs français, s’est installée au village. «Au début, je voulais faire table d’hôte, raconte Laurent Thibault, mais le propriétaire m’a demandé d’ouvrir à midi pour que le village ait à nouveau son restaurant.» A Panex, il n’y a ni poste ni épicerie. C’est dire si on tient au restaurant. «C’est un village dortoir», constate André Tavernier entre deux coups de klaxon. Il tient le garage de Panex avec son frère. Cela n’empêche pas les jeunes de s’installer, selon Steve Cuttelod. «J’ai pas mal d’amis qui ont acheté ici. Le voisin, c’est un de mes meilleurs potes».

Son cousin, Jérémie Gyger, lui aussi jeune papa et fan de sports d’hiver, fabrique depuis peu de la bière dans ce village qui auparavant distillait des pommes. Loin de la ville et à seulement quelques kilomètres d’Ollon, Panex possède les avantages d’un village sans ses inconvénients. «Ici tout le monde se connaît, on s’entraide avec les enfants», raconte la maman de deux jeunes garçons. A la rentrée, cinq petits Panossis prenaient le bus scolaire pour la première fois. (24 heures)

Créé: 24.09.2017, 09h29

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.