La zone carcérale restera utilisée de manière illicite

LausanneLa Ville confirme que les conditions de détention à Saint-Martin sont inférieures aux standards légaux mais évoque des améliorations.

Une cellule de la zone carcérale de l’Hôtel de police de Lausanne.

Une cellule de la zone carcérale de l’Hôtel de police de Lausanne. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prévu pour des incarcérations de 48 heures maximum, le quartier cellulaire de l’Hôtel de police de Lausanne accueille en réalité les détenus pour dix jours en moyenne. C’est ce qu’indique la Municipalité dans sa réponse à une interpellation des conseillers socialistes Karine Beausire Ballif, Louis Dana et Quentin Beausire.

Ces derniers questionnaient la réalité de cette zone carcérale, initialement conçue pour des gardes à vue d’une ou deux nuits et qui est devenue, pour cause de surpopulation carcérale à l’échelle cantonale, un lieu de détention préventive pour des gens sous instruction, en attente de jugement, et même pour des condamnés qui purgent leur peine. Les conditions de détention deviennent alors illicites et contraires à la Convention européenne des droits de l’homme, comme l’a déjà relevé le Tribunal fédéral. À Lausanne, 403 personnes y ont séjourné en 2018.

Pas censé durer

«La Municipalité tient à rappeler qu’elle considère la situation actuelle comme n’étant pas totalement satisfaisante. Toutefois elle compte continuer à appuyer le Canton dans la gestion de la surpopulation carcérale», défend l’Exécutif. Et de préciser que «la zone de rétention n’a pas pour vocation de s’inscrire durablement dans les fonctions de détentions».

«Globalement, la réponse municipale n’est pas une surprise car la situation est connue. Ça confirme simplement que l’on enferme trop dans ce canton, réagit Louis Dana. On apprend par contre que la coopération Ville-Canton est basée sur une convention de 2004. Il serait sûrement bon de la réactualiser.» À noter que le Canton verse une contribution financière pour l’occupation des locaux et une partie des coûts salariaux des geôliers.

L’interpellation demandait également que les conditions de détention soient explicitées. La Municipalité précise donc que les cellules sont individuelles et équipées de toilettes et qu’il existe un espace de promenade «fermé mais à l’air libre et à l’abri des regards». Les détenus y passent 30 minutes le matin et 30 minutes l’après-midi. Les douches sont possibles après 48 heures seulement, à raison d’une tous les deux jours. Un nécessaire de toilette peut être fourni aux détenus et leurs proches peuvent apporter des vêtements de rechange. Les habits sont également lavés à l’interne.

À la question «des mesures sont-elles envisagées afin d’améliorer les conditions de détention?» la Municipalité rappelle qu’elle a déjà bien œuvré depuis 2012. «Nous regrettons cette réponse qui indique que rien de précis n’est prévu à l’avenir», déplore Quentin Beausire.

Le conseiller salue par contre le fait qu’aucun mineur ne soit détenu à l’Hôtel de police et que les cellules soient équipées de caméras infrarouges permettant d’éteindre la lumière la nuit. «Reste par contre le problème des toilettes placées à l’intérieur de la cellule et l’absence d’un espace spécialement aménagé pour accueillir les familles et les proches.» (24 Heures)

Créé: 26.04.2019, 06h58

Articles en relation

Le PS s’inquiète de la zone carcérale lausannoise

Police Trois élus interpellent la Ville sur ces cellules aux conditions de détention problématiques. Plus...

Les zones carcérales vaudoises, ces prisons de la honte

Système pénitentiaire La surpopulation carcérale, au cœur des Assises de la chaîne pénale qui se tiennent aujourd’hui, force le canton à enfermer des gens dans des conditions illicites. Pistes de réflexion. Plus...

«La détention en zone carcérale, ça risque d’aller de pire en pire»

Prison Epinglé en 2014 par le Tribunal fédéral le Canton est toujours hors-la-loi. L’Ordre des avocats vaudois tire à nouveau le signal d’alarme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.