Lausanne présente un budget de funambule

FinancesLa Ville prévoit une année 2018 déficitaire à hauteur de 29,7 millions. Mais continue d’investir.

La municipale socialiste Florence Germond présente un budget pas loin de l'équilibre. La dette continue cependant de croître.

La municipale socialiste Florence Germond présente un budget pas loin de l'équilibre. La dette continue cependant de croître. Image: VANESSA CARDOSO/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On essaie de concilier ce qui peut potentiellement paraître inconciliable à première vue. C’est-à-dire d’améliorer la situation financière de la Ville mais de continuer à répondre aux demandes prioritaires de la population.» Florence Germond, municipale des Finances lausannoises, se livrait mardi à l’exercice traditionnel de présentation de son budget pour l’an prochain.

Economiser sur les charges tout en injectant beaucoup d’argent là où se trouvent les priorités: telle est l’équation de la Municipalité qui, budget après budget, manifeste toujours plus son souci de trouver des équilibres. En tête des préoccupations, la sécurité et l’accueil de la petite enfance. Les effectifs augmenteront ainsi de 7,5 EPT (équivalents plein-temps) à la police et de 9,6 pour les correspondants de nuit. Les Lausannois bénéficieront en outre a de 80 nouvelles places d’accueil: 20 pour le préscolaire et 60 en parascolaire.

«Gestion rigoureuse»

Sur un volume global des charges de 1,8 milliard, le budget 2018 annonce un déficit de 29,7 millions. C’est 10 de moins qu’au budget 2017. Le syndic Grégoire Junod met en avant la «gestion rigoureuse» du collège. Les charges n’augmentent en effet que de 0,6%, un pourcentage «extrêmement faible», souligne Florence Germond.

Autre signe de rigueur, le deuxième «plan structurel d’amélioration financière» (PSAF II) devrait permettre une économie de 13 millions. Le programme réunit toutes sortes de petites mesures. On y trouve par exemple le non-renouvellement de certains postes dans l’administration, des augmentations de taxes et d’émoluments, via les parkings notamment, ainsi que des renégociations de conventions avec des partenaires institutionnels. La Ville réalise une économie de 1,1 million grâce à l’actualisation de sa convention avec l’ECA. Cette amélioration financière pérenne par le biais de mesures ciblées sera accentuée les deux prochaines années et devrait atteindre les 35 millions de francs économisés en 2020.

Des millions pour le stade

Mais Lausanne ne fait pas que se serrer la ceinture. En plus de la sécurité et de l’accueil de la petite enfance, la Ville prévoit de dépenser de grosses sommes dans d'importants projets de développement. Les investissements d’«envergure» s’élèveront à 183,3 millions. «Ce que Lausanne investit dans le domaine sportif est considérable», relève Grégoire Junod. Le stade de la Tuilière ponctionnera 28,4 millions. Mais ce sont toujours les réseaux (voirie, eau, parcs, électricité, gaz) qui se taillent la part du lion avec 60,7 millions de francs. Les établissements scolaires ont eux aussi de grands besoins, notamment de rénovation: 20 millions.

Au chapitre des recettes, l’augmentation est de 2,1%, si l’on tient compte des apports des Services industriels. Les recettes fiscales augmentent de 11,7 millions (+ 2,2%) par rapport au budget 2017. Si Florence Germond souligne que la Municipalité est «relativement optimiste» sur l’impôt des personnes physiques, l’incertitude continue de planer sur les futurs revenus en provenance des entreprises. Le «projet fiscal 17» qui remplacera la RIE3 (troisième réforme de la fiscalité des entreprises rejetée en février par le peuple suisse), n’est toujours pas arrêté. Florence Germond rapporte que les villes ont d’ores et déjà été entendues par Berne. «Le projet se présente mieux, ou en tout cas nettement moins pire», lâche l’élue.

Eternelle ombre au tableau, la dette continue de creuser son trou avec, pour 2018, un total à 2,6 milliards. La municipale des Finances se console avec le fait que la charge des intérêts bancaires diminue, en raison des taux historiquement bas. «Une bonne nouvelle pour nous, une mauvaise pour la Caisse de pensions, nuance-t-elle. Ce sont les deux faces d’une même médaille.» (24 heures)

Créé: 05.10.2017, 17h01

Moue du PLR, charge de la droite dure

L’opposition de droite réagit diversement à ce budget rédigé par une municipalité à forte majorité de gauche. Plutôt modéré dans ses critiques, le PLR pose toutefois des conditions à son accord lors du vote au Conseil communal, en décembre. Le chef de groupe, Matthieu Carrel, signale que sa formation s’opposera si le plénum n’accepte pas le postulat qu’elle a proposé. Dans ce texte, le PLR demande que la Municipalité renseigne régulièrement le Conseil communal sur le plan d’amélioration financière (PSAF II). «Nous voulons avoir l’assurance d’une adhésion politique autour de ce plan, pose Matthieu Carrel. Il faut que le Conseil puisse se prononcer sur le PSAF II, pas seulement la Commission des finances.» Le PLR se dit conscient des difficultés de la Ville et de la qualité du travail fourni pas la Municipalité, mais il peine à accepter un nouveau déficit et une dette très importante.

L’UDC et le PLC ne font, quant à eux, pas de quartier. Pour l’UDC Fabrice Moscheni, le budget 2018 est «décevant»: «La Municipalité manque de courage, assène-t-il. Elle désigne ses priorités mais ne définit jamais ce qui pourrait ne plus être prioritaire.» L’élu estime que l’Exécutif cautionne «une logique de stagnation» où le moteur des recettes ne repose plus que sur un seul cylindre, celui des impôts. «Lausanne arrive au seuil de la «gouvernance par beau temps». L’immobilier et l’activité économique donnent des signes d’essoufflement. Il est temps de proposer de réelles économies.»

Chef du groupe PLC, Valentin Christe fustige un budget où les charges continuent d’augmenter avec un nombre toujours plus grand de fonctionnaires et une dette toujours plus abyssale. Si le PSAF II a «le mérite d’exister», il reste bien trop timide: «On fait les fonds de tiroir!» persifle-t-il.

Articles en relation

Lausanne va replonger dans les chiffres rouges en 2017

Finances Un déficit de 39 millions est prévu. En vue: gros investissements dans le sport, recettes fiscales en berne et plan de rigueur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.