Le Salon lausannois de l’immobilier est annulé

ManifestationL'essoufflement du marché a eu raison de la rencontre annuelle entre le public et les professionnels.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur son site Internet, le Salon immobilier de Lausanne donne encore rendez-vous à Ouchy. Sa 12e édition devait se tenir du 17 au 20 mars. Or on apprenait hier que le rendez-vous habituellement donné par les professionnels de la vente avait tourné court. Le salon est annulé, pour cette année du moins. En cause, le retrait de quatre grandes régies.

Organisateur lâché

Organisateur du salon, Richard Benlolo se désole d’avoir été brutalement lâché. «Ils m’avaient pourtant assuré de leur soutien lors de nos dernières rencontres», assure-t-il. Cette déconvenue s’ajoute à l’annulation du même salon à Genève, l’an dernier. Richard Benlolo précise que ces deux annulations ne sont pas liées. «A Genève, nous sommes en procédure judiciaire face à un autre organisateur.» A Lausanne, c’est la conjoncture qui est pointée du doigt. «Le marché de l’immobilier n’est plus ce qu’il était», explique l’organisateur du salon.

Ce que confirme Yves Cherpil­lod, directeur et associé de la société Cardis Immobilier. Cette régie, ainsi que Bernard Nicod, Foncia-Domicim et la Régie de la Couronne, était attendue à Ouchy. «Ces dernières années, on a senti un essoufflement, dit Yves Cherpillod. Le volume des transactions a considérablement ralenti.» Après une décennie de vaches grasses, les ventes décélèrent. Les difficultés se constatent dans la gamme des biens oscillant entre 1 et 2 millions de francs, confie le professionnel.

«Il y a aussi un effet d’usure de ces salons»

Ainsi, l’esprit n’est plus à la fête. «Mais il y a aussi un effet d’usure de ces salons», dit Yves Cherpillod, en comparant le Salon de l’immobilier au Comptoir Suisse. Le départ d’autres exposants en direction du Salon Habitat-Jardin complète l’explication de cette annulation. «Et puis il ne faut pas oublier que les régies communiquent abondamment sur leurs projets, ajoute le directeur. Si on n’arrive pas à des projets nouveaux, le public est déçu.»

De son côté, Richard Benlolo convient que son salon mérite de se renouveler. En attendant, il compte rebondir, ce printemps encore, du côté d’Etoy.

Créé: 18.02.2016, 21h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...