Le cireur de chaussures fait son retour dans les rues lausannoises

CuriositéSamedi après-midi, il était possible, en plein centre de Lausanne, de faire cirer ses chaussures. Une initiative pour remettre cette habitude au goût du jour.

Le cireur du jour - un étudiant - prend soin des chaussures d’un passant.

Le cireur du jour - un étudiant - prend soin des chaussures d’un passant. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La place de la Palud a accueilli une activité d’un autre temps, samedi après-midi: le cirage de chaussures, en pleine ville. Comme à l’époque, il était possible de simplement s’asseoir et attendre de repartir avec des souliers en parfait état.

Le concept vient de Marie Burkhalter, avocate: «C’est une marque d’élégance d’avoir des souliers cirés. Cela nécessite un soin important et c’est un souci du quotidien, détaille-t-elle, c’est d’ailleurs quelque chose que je regarde chez les hommes.» Une activité particulière, pas franchement valorisée, que la jeune femme souhaite remettre au goût du jour. Elle explique: «C’est une idée à la Gavroche. Il s’agit de raviver l’émotion d’un métier – utile – d’autrefois.» Le succès était au rendez-vous: une quinzaine de paires de chaussures ont été cirées par un étudiant et les passants se sont montrés enthousiastes: «Certaines personnes avaient déjà vu des cireurs au cinéma ou lors de voyages, donc il y a eu un véritable intérêt.»

À terme, le but serait de faire travailler des étudiants ou des personnes en réinsertion, en collaboration avec une cordonnerie qui les formerait. «J’aimerais pouvoir aider les gens en proposant cet outil», explique avec enthousiasme Marie Burkhalter.

Rassurée par cette première expérience, la jeune femme peut maintenant régler les détails de son projet. En effet, de nombreux paramètres sont encore à préciser avant de faire du cirage une offre permanente à Lausanne: trouver un prix fixe, demander des autorisations itinérantes à la Ville, trouver un moyen de communiquer les différents lieux où se trouvera le cireur du jour ou encore trouver les futurs collaborateurs.

Une seule interrogation persiste: dans une société qui va vite, est-ce qu’on prendra le temps de s’arrêter? «La plupart des gens font attention à leur apparence, donc je pense vraiment qu’ils prendront le temps nécessaire», conclut Marie Burkhalter. (24 heures)

Créé: 19.12.2017, 11h26

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...