Le public choisira le plus bel arbre de Lausanne

Nature urbaineQuelque 33 candidats restent en course. Ils sont à voir sur papier glacé. Et montrent que nature et béton peuvent faire bon ménage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’arbre à Lausanne, comme dans les autres villes, c’est toute une histoire. Ils sont 8000 le long des avenues, 80 000 dans les parcs et 800 000 dans les forêts. Et ils seront trente-trois dans le Forum de l’Hôtel de Ville dès mardi. Mis en majesté sur pellicule par le photographe Marino Trotta. Ce sont les plus beaux du chef-lieu. Avec tout ce que cela a de subjectif. La population a répondu en nombre à l’appel lancé ce printemps. Les experts du Service des parcs et domaines aussi. Résultat, 145 arbres, modestes ou monumentaux, proposés avant que le jury ne coupe la poire en cinq.

«Quand on coupe un arbre, il faut être pédagogue»

«C’est également une nouvelle manière d’impliquer la population, explique Michaël Rosselet, responsable du patrimoine arboré. Par exemple, quand on coupe un arbre, pour des raisons sanitaires, on se doit d’être pédagogue. Comme un médecin qui annonce une mauvaise nouvelle. Répondre à l’émotion par le cérébral, même si l’on est soi-même sensible. Lorsque nous avons abattu deux platanes à Ouchy, nous avons laissé les troncs coupés. Pour montrer qu’ils étaient malades et que l’on ne pouvait plus rien pour eux.»

Le végétal et le minéral peuvent coexister

Cette exposition, c’est aussi une façon de prouver que le végétal et le minéral peuvent et doivent coexister en ville. Et que ce n’est pas nécessairement à l’arbre de s’adapter au béton. Parmi les clichés, on retrouve par exemple un des quatre cèdres séculaires du siège de la Vaudoise à l’avenue de Cour. Que Jean Tschumi a dessiné dans les années cinquante «comme une révérence adressée à la nature», en implantant son bâtiment de façon à ce que les arbres menacés puissent être maintenus. Ce qui contraste avec certaines pratiques actuelles puisque la même entreprise va abattre un autre cèdre, historique lui aussi, dans le cadre du futur quartier des Fiches-Nord. Et ce malgré une charte urbanistique assurant la préservation du conifère. Texte malheureusement pas suffisamment contraignant.

«Je vais durcir le ton en matière d’intégration des arbres dans la planification urbanistique»

On trouve d’autres exemples dans les photographies de Marino Trotta de ces arbres centenaires sauvés malgré des projets immobiliers. Comme ces séquoias préservés au collège des Bergières ou, tout récemment, lors de la construction du nouveau siège de la Fédération internationale de gymnastique à l’avenue de la Gare. Ou ce chêne dans le parc du Musée olympique, gracié par Juan Antonio Samaranch lui-même. Ou ce pin dans le quartier de Montelly, où un centre de vie enfantine – classé en note 2 – a cohabité avec le pin existant. Ou encore le préféré de Natacha Litzistorf, la municipale Verte en charge, ce cèdre quasi bicentenaire sis ironiquement au chemin du Frêne et qui «dialogue avec le bâti, sans qu’aucune des formes généreuses de l’un ne prenne le dessus sur l’autre». Preuve aussi que «la foresterie urbaine se planifie sur le long terme et contraste avec des législatures plus courtes».

«La raison du béton l’emporte trop souvent»

«Ce bel équilibre montre qu’il est possible de mener une politique du logement qui inclut la nature existante», poursuit la ministre. Enfant de la Gruyère, elle grimpait «tous les jours dans les arbres et continue à le faire parfois, y trouvant liberté, protection et, quelque part, une vocation». Natacha Litzistorf veut d’ailleurs aller au-delà des symboles esthétiques et ludiques de cette exposition: «Je vais durcir le ton en matière d’intégration des arbres dans la planification urbanistique. La raison du béton l’emporte trop souvent et il faut que cela change. C’est pour moi un objectif de législature. Le futur plan général d’affectation (PGA) devra en tenir compte.»

«Je me suis glissé dans l’arbre»

Retour à l’artiste. Qui a «voulu faire parler les arbres. En variant les angles et les plaisirs. En jouant avec les saisons, avec les lumières de l’aube ou de la nuit tombante, sous la pluie ou le soleil. J’ai renoncé à l’iPhone pour des questions de qualité au tirage. Mais, avec mon reflex, j’ai essayé de conserver le même esprit de liberté. Parfois, comme aux Bergières, je ne trouvais pas la solution au milieu de cet enchevêtrement de câbles et de béton. Je me suis alors glissé dans l’arbre.»

Ces grands tirages – 100 x 130 cm – seront accompagnés de notices techniques, d’un plan pour donner envie d’aller les voir sur place, in vivo, et d’un focus sur les écorces, «leur peau, leur empreinte digitale». Au sortir de l’exposition, les visiteurs éliront eux-mêmes le plus bel arbre 2016. Et repartiront pour les plus chanceux avec un planton à faire grandir. (24 heures)

Créé: 18.11.2016, 06h36

Articles en relation

Un arbre emblématique sera remplacé au centre

Espace public Malade, le grand érable argenté de la place Grand-Saint-Jean à Lausanne doit être abattu. Plus...

Un demi-millier d’arbres seront abattus à Lausanne

Entretien La coupe concernera tant les parcs que les avenues ou les forêts, entre octobre 2015 et mars 2016. Plus...

A la recherche du plus bel arbre

Forum de l’Hôtel de Ville, pl. de la Palud 2.
Du 22 nov. au 3 déc.
www.lausanne.ch/arbres

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Manifestation contre Monsanto, paru le 22 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...