Le stade de la Tuilière prend forme et attise l’ambition du LS

FootballDirigeants de la ville et du club ont procédé lundi à la pose symbolique de la première pierre. L’enceinte sera prête pour l’été 2019.

Le représentant des bureaux d’architectes mlzd et Sollberger Bögli, le syndic de Lausanne Grégoire Junod, le nouveau patron du LS David Thompson, les municipaux Oscar Tosato et Natacha Litzistorf réunis pour ce moment symbolique.

Le représentant des bureaux d’architectes mlzd et Sollberger Bögli, le syndic de Lausanne Grégoire Junod, le nouveau patron du LS David Thompson, les municipaux Oscar Tosato et Natacha Litzistorf réunis pour ce moment symbolique. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Était-ce les effets du match de la veille (victoire 5-1 face au FC Zurich), ou alors les vertus simples d’un rendez-vous de décembre sous la neige? On sentait, lundi matin sur le site de la Tuilière, une douce euphorie au sein du petit groupe – autorités, architectes, dirigeants du club – réuni pour la pose de la première pierre du nouveau stade de football. «Il s’agit d’un moment symbolique important pour la ville, un des plus gros investissements sportifs de son histoire», n’a pas manqué de rappeler Grégoire Junod, syndic de Lausanne.

Attendu depuis si longtemps, ce stade «à l’anglaise» sera achevé à l’été 2019. Il devrait même être prêt pour la reprise du championnat, début juillet. L’enceinte de 12 000 places aura coûté 76,6 millions de francs. «Esthétique», «fonctionnelle» et «durable», elle sera équipée d’une centrale solaire de 4380 m2, qui produira 760 000 kWh par an. Quant à son exploitation, elle est prévue sur la base d’un partenariat public-privé. Et il s’agit là évidemment d’un point central.

«Tout ce qui concerne les loges, les espaces VIP et la restauration sera aménagé aux frais de l’exploitant (ndlr: le LS), explique Oscar Tosato, directeur des Sports et de la cohésion sociale. En contrepartie, celui-ci en obtiendra la gestion.» Idem pour ce qui concerne l’entretien courant du stade et, bien entendu, celui du terrain, pour lesquels la Ville versera 1,1 million de francs par an au LS. «Ce qui permettra notamment d’éviter les conflits toujours possibles entre le propriétaire et le principal utilisateur», précise Oscar Tosato.

Plutôt une pelouse naturelle

Au sujet de la pelouse, et pour revenir plus directement au jeu, Ineos, nouveau propriétaire du Lausanne-Sport, a émis le souhait qu’on renonce au synthétique, envisagé surtout à des fins pratiques, pour un gazon naturel. La discussion est en cours, comme celle concernant un aménagement différent de plusieurs espaces intérieurs. «Tout le monde est à fond derrière ce projet, assure encore le municipal des sports. Tout semble donc aujourd’hui réuni pour une superbe réussite.»

CEO d’Ineos et probable futur président du LS, David Thompson était présent à la Tuilière, au nord de la ville, avec ses architectes. «Nous avons de belles perspectives, souligne-t-il. Et même si les travaux ont débuté, il y a encore suffisamment de temps pour modifier certaines choses, par exemple la pelouse. Nous aurons sans doute quelques réponses à ce sujet après Noël.» Quant au directeur sportif, qui doit représenter le premier engagement fort du nouveau patron: «Beaucoup de personnes sont intéressées par le job, assure Thompson. Mais notre premier objectif, c’est de rester en Super League. Nous aborderons ensuite la saison prochaine avec quelques nouveaux joueurs importants, de façon à arriver dans ce stade avec une équipe capable de jouer les premiers rôles.» (24 heures)

Créé: 18.12.2017, 21h23

Articles en relation

Au cœur du Centre de la Tuilière, à deux mois du premier coup d’envoi

Lausanne Visite du Centre sportif et de ses neuf terrains de foot, après deux ans de travaux pour un coût de 55 millions de francs. Plus...

Lausanne lance son stade de la Tuilière à 76,6 millions

Infrastructures Le LS doit jouer son premier match dans le nouveau stade en 2019. La Municipalité lui a confié la mission de le gérer et de le faire vivre. Plus...

Fabio Celestini: «J’aimerais voir grandir mon club d’ici au mois de juin»

L’entraîneur avait le sourire lundi matin. Les deux succès engrangés en cette fin d’année – à Lugano puis dimanche face à Zurich – permettent au LS de boucler l’année à une position au classement plutôt inattendue. L’occasion d’évoquer la situation de l’équipe et du club avant de partir en vacances.

Fabio Celestini, votre équipe vous a-t-elle surpris?

On aurait rêvé d’être là. Par rapport aux transferts et à l’idée qu’on avait pour l’équipe, il y avait une grosse attente. Mais sur les quatre joueurs d’expérience recrutés l’été dernier, deux (ndlr: Bojinov et Mesbah) n’ont quasi pas participé. Et Zarate a été freiné par un problème de pubalgie. Ainsi, à part Rochat, on a pratiquement aligné la même formation que la saison passée. Alors oui, elle m’a surpris en bien. On a fait corps, avec l’envie de travailler ensemble, pour le bien de l’équipe. Je tire un grand coup de chapeau à tout le monde.

Le LS possède la 3e attaque
du championnat, mais la 9e défense seulement. Les chiffres ne disent pourtant pas tout…


On nous a reproché d’avoir changé de style. À Bâle, où nous avons gagné (ndlr: 2-1 le 9 septembre), l’équipe s’est sentie à l’aise en jouant plus bas, en 5-4-1. Nous avons donc poursuivi sur ce trend, trouvé d’autres solutions, mais mon message est resté le même. C’est vrai, les chiffres ne disent pas toute la vérité. Quand les choses tournent bien, Lausanne peut être extrêmement dangereux, avec des attaques au sol, rapides. Mais quand nous sommes pressés et que nous devons sauter une ligne, nous avons du mal à garder la balle. Nous connaissons aussi des difficultés à créer le danger par les côtés. Il faut donc que nous arrivions à avoir plus de variété dans notre jeu offensif. Et que nous nous renforcions derrière.
Au printemps, Lausanne devra éviter la 10e place, mais peut aussi jouer la 3e. Une situation plutôt paradoxale, non?
Ce que nous voulons avant tout cette saison, c’est améliorer l’équipe. Plus que le classement, nous regardons toujours le contenu. Jusque-là, nous avons raté quelques matches, mais nous avons aussi battu Bâle, YB ou encore le FCZ, soit les trois premiers du championnat. Je suis fier de ce qui s’est passé ces dernières semaines. Désormais, nous construisons le LS du futur.

Mais il n’y a toujours pas de directeur sportif, ni de nouveau joueur annoncé…

Il s’agit d’une décision importante et je peux comprendre que cela prenne du temps. Pour le mercato de janvier, ce sera donc compliqué.

Quels sont vos vœux pour 2018?

Voir mon équipe jouer comme elle l’a fait dimanche, avec des buts et du spectacle, afin qu’on se régale. Nous sommes dans un virage important. J’aimerais voir grandir mon club, qu’il ne soit déjà plus tout à fait le même en juin 2018, à un an de l’entrée dans le nouveau stade.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...