Les Instagramers lausannois mitraillent la région depuis un an

LausanneIGerslausanne, la communauté de photographes amateurs née en octobre 2013, a exposé dans une galerie à Ecublens. Aperçu des images et zoom sur le phénomène

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

DiCaprio l'a rejoint récemment et le gouvernement chinois l'a bloqué en pleine mobilisation d'«Occupy Central»: Avec plus de 200 millions d'utilisateurs actifs, Instagram draine toujours plus d'abonnés partout dans le monde. Et, depuis 3 ans, certains d'entre eux se constituent même en communautés régionales au travers de son application soeur, Instagramers, créée par Phil Gonzalez. La région lausannoise n'y échappe pas. Il y a tout juste un an, la capitale vaudoise a vu naître sa propre communauté Instagramers (IGerslausanne).

L'idée est de permettre aux gens de se reconnaître dans l'espace virtuel pour ensuite se rencontrer autour de leur passion pour la photo. Dans cette ligne, les membres d'IGerslausanne ont fait une incursion dans le «monde réel» il y a dix jours avec leurs images filtrées, avatars numériques des clichés très 80's pris au LOMO. Le groupe a organisé une exposition à la Galerie du Pressoir à Ecublens où étaient présentées des images capturées par une quarantaine de membres du réseau.

Donner à voir aux non initiés
«Nous avons lancé un appel à contributions parmi nos abonnés en mars passé pour monter l'expo, explique Jérôme Klotz, l'un des fondateurs d'IGerslausanne. Le thème était libre et chaque participant pouvait exposer 3 photos.» Environ 130 clichés ont été sélectionnés puis imprimés au format 30X30 cm et encadrés pour être enfin soumis au regard du public les 27 et 28 septembre derniers.

«L'événement était, pour nous, l'occasion de nous retrouver et de valoriser nos travaux dans un autre cadre. C'était aussi un moyen de toucher un public pas forcément initié à Instagram, au-delà de la toile», ajoute Jérôme Klotz. La démarche a suscité de l'intérêt. Plus d'une centaine de visiteurs se sont rendus à l'exposition et, à l'issue des deux jours, entre 40 et 50 clichés à la vente avaient trouvé preneur. Un accueil qui incite les organisateurs à renouveler l'expérience en 2015 et à maintenir le dynamisme que connaît le réseau depuis qu'il a vu le jour.

Collaborations avec la Ville
En effet, depuis sa création la communauté lausannoise, qui compte aujourd'hui 1'175 membres, a collaboré plusieurs fois avec la Ville de Lausanne. «Nous avions organisé un premier Instameet (rencontre photographique) dans le cadre du Festival Lausanne Lumières l'année passée, souligne le fondateur de la communauté. Et depuis, nos activités se sont multipliées avec l'organisation de concours de photo pour les 50 ans de l'Expo 64 et lors de Lausanne à table!.»

IGerslausanne a aussi présenté des photos à la 4ème nuit des images en juin. Une incursion dans le monde de l'art qui interroge Régis Colombo, photographe professionnel: «D'un côté on peut la percevoir comme un à-côté ludique dont se servent les musées pour être attractifs. De l'autre, il y a là le symptôme de l'omniprésence de l'image dans nos sociétés. Chacun la maîtrise et s'en saisit de plus en plus, phénomène qui remet en question les places de l'artiste et du photographe».

Le mouvement s'étend
«Si la communauté vaudoise est la plus récente en Suisse, elle est celle qui a le plus grand nombre d'abonnés», relève Jérôme Klotz. A ce jour, des communautés d'IGers ont été créées dans 11 cantons suisses. Et le mouvement s'est très rapidement étendu au monde entier avec 85 pays qui comptent des communautés.

Pour Olivier Glassey, sociologue spécialiste des réseaux sociaux à l'Université de Lausanne, «ces nouvelles formes de sociabilités accompagnent le développement des formes de communications et technologies du web. Les internautes retrouvent, au-delà des possibilités de se connecter au niveau global, un intérêt à se relier localement. IGers, incarne un cas de fondation d'un lieu virtuel où le partage local de photos fait plus sens. Se retrouver entre passionnés de photos à l'échelle de Lausanne, prend une valeur spécifique, plus significative que d'envoyer comme une bouteille à la mer des images prises près de chez soi».

Créé: 06.10.2014, 19h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.