Les désirs d’Ineos irritent les élus lausannois

FootballLa liste des modifications pour la Tuilière est telle que les partis aimeraient avoir leur mot à dire. Ils seront «informés».

Le stade à l’anglaise de la Tuilière, actuellement en construction, comptera 12'000 places assises. C’est la ville de Lausanne qui gère sa réalisation. Ouverture: été 2019.

Le stade à l’anglaise de la Tuilière, actuellement en construction, comptera 12'000 places assises. C’est la ville de Lausanne qui gère sa réalisation. Ouverture: été 2019. Image: mlzd SOLLBERGER + BÖGLI architectes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ineos a racheté le Lausanne-Sport. Mais serait-il en train de se payer le stade qui va avec? Pas pour le moment, puisque c’est la Ville de Lausanne qui en est la propriétaire et qui finance la construction de la Tuilière à hauteur de 76,6 millions de francs. Ce, grâce à l’aval, en mars 2017, des 100 conseillers communaux lausannois.

Alors mardi soir, alors qu’ils avaient appris le jour même dans 24 heures que la pelouse ne serait pas synthétique, comme prévu lors de leur vote, mais en vrai gazon, ils ont demandé quelques explications. Par la voix du PDC Axel Marion, ils souhaitaient notamment savoir si de l’argent supplémentaire allait devoir être dépensé par la Ville. Oscar Tosato, municipal socialiste des Sports, a répondu.

Financement d'Ineos
Le responsable a assuré que les frais éventuels supplémentaires seraient entièrement à la charge du nouveau propriétaire. Ceux-ci pourraient porter sur une liste «non exhaustive» comprenant: l’éclairage LED du stade, l’amélioration du monte-charge, la création d’un espace de stockage supplémentaire pour les machines d’entretien, l’inversion des zones VIP et administrative, l’agrandissement de l’espace cuisine, davantage d’écrans géants, l’utilisation du stade et de ses vestiaires uniquement pour la première équipe de foot et l’amélioration de la gestion des autocars.

Le tout très probablement sans que les élus ne puissent y (re)mettre leur grain de sel. Oscar Tosato dit qu’il examinera avec son service juridique s’il est «nécessaire» de représenter un préavis aux élus. Et si tel n’est pas le cas? Une information aura lieu «par écrit», a rétorqué le municipal des Sports.

Qui paie commande?
Un peu court, et de quoi en fâcher certains. Xavier de Haller (PLR) trouve le procédé «assez scandaleux». Car si les élus ont en effet techniquement uniquement débloqué l’argent nécessaire à la construction du stade, «nous l’avons fait sur la base d’un projet détaillé et longuement débattu qui avait finalement fait l’objet d’un large consensus politique». Le coprésident des Verts lausannois Xavier Company rappelle lui aussi: «On paie pour quelque chose qu’on a prévu. S’il change, il faudrait pouvoir en rediscuter.» Les deux élus rappellent que les modifications souhaitées pourraient avoir un impact sur l’utilisation du centre sportif et ses autres terrains. «Et là, qui paiera?» interroge Xavier de Haller.

Mais au-delà de l’aspect financier, les élus insistent sur le caractère public de la Tuilière. Le choix d’un sol synthétique avait été voulu notamment pour pouvoir transformer le stade au gré des manifestations.

«Il faudra comprendre si cela remet fondamentalement en cause ce que nous avons voté»

Les élus, par ailleurs pour certains grands amateurs de foot, ne manquent néanmoins pas de se réjouir des ambitions d’Ineos pour leur club. Et disent attendre de voir ce que révélera l’évaluation des modifications souhaitées en cours. Un rapport devrait être rendu à la mi-février. «Il faudra comprendre si cela remet fondamentalement en cause ce que nous avons voté», résume Xavier Company. Mais il l’admet: les outils à disposition des élus pour une éventuelle contestation sont bien maigres.

Et le naming?
Il est cependant un point sur lequel ils pourraient faire pression: le choix du nom du stade. Déjà source de préoccupation, le naming fera sans doute l’objet d’un combat politique d’autant plus fort si Ineos passe en force sur la transformation du projet. «Vont-ils vouloir compenser l’investissement en mettant leur nom sur le stade?» demande Xavier de Haller. Trop tôt pour le dire. (24 heures)

Créé: 31.01.2018, 19h06

Articles en relation

Ineos a demandé du changement au nouveau stade de la Tuilière

Football Une étude est en cours pour modifier la structure du site, alors que tout était bouclé. La Ville de Lausanne va devoir se prononcer. Plus...

Lausanne débloque l’argent pour son stade

Infrastructure Le Conseil communal a accepté le crédit de 76,6 millions pour la réalisation du stade de foot de la Tuilière, près de la Blécherette. Plus...

Le stade de la Tuilière prend forme et attise l’ambition du LS

Football Dirigeants de la ville et du club ont procédé lundi à la pose symbolique de la première pierre. L’enceinte sera prête pour l’été 2019. Plus...

Au cœur du Centre de la Tuilière, à deux mois du premier coup d’envoi

Lausanne Visite du Centre sportif et de ses neuf terrains de foot, après deux ans de travaux pour un coût de 55 millions de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.