Lisa, réceptionniste au Beau Rivage, en lice pour le titre national

LausanneLa Marseillaise briguera le titre de meilleur réceptionniste du pays vendredi, avec l’espoir de gagner son ticket pour la finale mondiale à Varsovie.

Lisa Saidi est arrivé au cinq étoiles du bord du lac au début de l'année

Lisa Saidi est arrivé au cinq étoiles du bord du lac au début de l'année Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est dans les salons feutrés du Beau-Rivage Palace que les meilleurs réceptionnistes de Suisse en découdront pour le titre national ce vendredi. Un Trophée Bucherer, convoité cette année par onze prétendants, en guise de sésame pour le David Campbell Trophy qui désignera le meilleur réceptionniste du monde en février prochain, à Varsovie. Deux Vaudois sont en lice: Nicolas Astie (Grand Hôtel des Bains à Lavey) et Lisa Saidi (Beau-Rivage Palace à Lausanne), qui concourra pour ainsi dire «à domicile».

Joscha Kranz est le chef de la réception au Beau-Rivage Palace. Ancien du Bristol à Paris, c’est lui qui parle le mieux de celle qui aura la lourde tâche de représenter le palace lausannois du bord du lac. «Lisa… c’est Lisa.» Voilà. Ce qui définit le plus Lisa Saidi, arrivée dans le cinq-étoiles en début d’année, c’est sa personnalité. Alors que, d’ordinaire, le cursus des réceptionnistes passe par un master ou par une école hôtelière, Lisa Saidi n’a rien fait comme les autres. «Elle se pose des questions que les autres ne posent plus. Elle est moins formelle et plus émotionnelle. Elle est sans doute plus authentique. C’est un profil vraiment atypique.»

Lisa Saidi fait partie des neuf réceptionnistes du Beau-Rivage Palace. Elle vient de Marseille. Elle parle cinq langues. Son bagage: un master en marketing et des études de commerce international. Après un travail dans la vente, à placer des abonnements pour la téléphonie mobile, elle part sac au dos pour un périple au Pérou et en Bolivie. «C’est là que j’ai rencontré la manager d’un hôtel, genre routard, qui m’a tellement inspirée qu’elle m’a transmis sa passion pour la clientèle», explique Lisa Saidi. De retour dans le sud de la France, dans les hauteurs de Cannes, elle est engagée au Tiara Yaktsa comme réceptionniste et concierge. Un recrutement plus tard, on la retrouve au desk du Beau-Rivage Palace.

Ce qui fait la bonne réceptionniste d’un palace? «J’ai le sens du contact avec les clients, je suis organisée, je suis spontanée. Surtout, je sais garder le sourire en toutes circonstances et gérer mon stress.» C’est que la tâche ne manque pas: gérer les check-in et les check-out, conduire les clients à leur chambre, représenter le palace, fidéliser les hôtes, proposer des restaurants et effectuer les réservations, suggérer des sorties… Joscha Kranz: «Tout cela, c’est de la technique et de l’administratif. Avec du travail, tout le monde peut le faire. Mais ce qui ne s’apprend pas, c’est ce petit plus.»

Créé: 06.11.2019, 17h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.