Renens renoue avec les chiffres verts en 2018

FinancesDes revenus inédits expliquent un petit excédent et une marge d’autofinancement en hausse. La prudence reste toutefois de mise.

Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La dernière fois, c’était en 2014. Avec ses comptes 2018, la commune de Renens renoue avec les chiffres verts. Contrairement au budget, qui tablait sur un déficit de près de 7 millions de francs, la Ville s’en sort finalement avec un excédent de revenus de 354 042 fr. Une fois n’est pas coutume, elle bénéficie en particulier de revenus d’impôts extraordinaires, largement dus à des rattrapages d’acomptes de certaines grandes sociétés, ainsi qu’à des transactions foncières importantes.

La marge d’autofinancement totale, elle, se monte à 13 millions de francs, marquant une progression régulière depuis 2014. Mais là aussi, des éléments inédits expliquent ce résultat. Le Ville a ainsi notamment pu compter sur le versement d’un dividende exceptionnel du Service intercommunal de l’électricité. Et même si cet apport revient en 2018 pour la troisième année consécutive, il n’est pas pérenne pour autant. Pour tenir compte de cela, les comptes affichent ainsi une marge d’autofinancement «opérationnelle» de 8,5 millions de francs. Cela étant dit, si l’on retranche également les revenus d’impôts exceptionnels enregistrés par Renens en 2018, elle tournerait plutôt aux alentours de 4,5 millions de francs.

«Ce sont des comptes rassurants pour affronter le futur, mais les années qui viennent vont être difficiles. Nous allons devoir investir comme jamais», commente le boursier communal, Michaël Perrin. En 2018, Renens n’a pas eu besoin d’emprunter, contrairement à ce qu’annonçait le budget, maintenant sa dette à 78,9 millions de francs. De fait, les dépenses d’investissement ont été contenues à 7,8 millions de francs alors que 26 millions étaient annoncés au budget. Ce n’est toutefois que partie remise, car les dépenses liées au tram, actuellement en stand-by, seront très lourdes. «Le risque augmente de voir nos investissements se concentrer dans le temps», reconnaît à cet égard Michaël Perrin.

Au vu de ces perspectives, que réserve l’avenir s’agissant du taux d’imposition? L’an dernier, le Conseil communal avait suivi la Municipalité en maintenant celui-ci inchangé à 78,5% jusqu’en 2021. Mais le sujet reviendra certainement sur le tapis: «Nous avions annoncé que si au moins une donnée changeait, l’arrêté d’imposition ferait à nouveau l’objet de discussions», déclare le syndic, Jean-François Clément. Le Canton a en effet confirmé qu’il reprendrait l’entier des coûts de l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD) en 2020, ce qui plaide pour un possible allégement des impôts. Mais d’autres paramètres pourraient s’inviter dans le débat. (24 heures)

Créé: 13.05.2019, 17h05

Articles en relation

Renens garde sa ligne financière face à la RIE III

Finances La Ville continue de maintenir ses prestations, tout en limitant ses charges au strict nécessaire. Le budget 2019 présente un déficit de 6,1 millions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.